Fermer

Mali: Al-Qaïda au Sahel dément avoir commis un massacre de civils dans le centre

Mise à jour le 24/06/2022 à 17h32 Publié le 24/06/2022 à 17h32 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Sahel

#Mali : La Katiba du Macina affiliée à Al-Qaïda a démenti avoir tué 132 civils dans trois localités du centre du Mali, dans un communiqué authentifié vendredi par l'ONG américaine SITE spécialisée dans le suivi des groupes radicaux.

Le gouvernement malien a attribué à la Katiba Macina le massacre le week-end dernier de 132 civils à Diallassagou et dans deux localités environnantes du centre du pays, un des principaux foyers de la violence qui ensanglante le Sahel depuis des années.

«Nous déclarons que les moudjahidine (combattants) n'ont pas tué de civils et que cela ne fait pas partie de leurs méthodes», dit la Katiba, branche du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM, ou Jnim en arabe), dans un communiqué diffusé jeudi selon SITE.

La Katiba dit ne s'être rendue que dans la localité de Diallassagou à la recherche de villageois qui, selon elle, auraient collaboré avec les soldats maliens et contribué à la mort de nombreux «musulmans». Elle déclare n'avoir fait que tirer en l'air quand des villageois ont protesté contre l'arrivée de membres de la Katiba.

>>> LIRE AUSSI: Mali: plus de cent civils tués en trois jours par des jihadistes présumés

Elle affirme être repartie avec les villageois suspects à ses yeux, pour les présenter devant une commission régionale d'application de la loi coranique.

Elle a saisi leurs biens, mais elle n'a incendié les boutiques ou saisi les véhicules d'aucun «innocent», dit-elle.

Elle ne précise pas le nombre de villageois capturés, ni ce qu'il en est advenu.

>>> LIRE AUSSI: Centre du Mali: une ville sous blocus jihadiste et un axe majeur coupé depuis des jours

Les évènements de Diallassagou constituent l'un des pires carnages de civils qu'ait connus le Mali ces dernières années, et la dernière tuerie en date d'une série en cours à travers le Sahel.

Le Mali est plongé dans une profonde crise sécuritaire, politique et humanitaire depuis le déclenchement d'insurrections indépendantiste et jihadiste en 2012 dans le nord. La propagation jihadiste a gagné le centre et les pays voisins, Burkina Faso et Niger.
Le 24/06/2022 Par Le360 Afrique - Afp