Fermer

Human Right Watch: sombre situation des droits de l’Homme au Mali

Mise à jour le 30/01/2017 à 21h08 Publié le 30/01/2017 à 21h06 Par Kofi Gabriel

#Société
droit de l'homme
© Copyright : DR

#Mali : Human Right Watch vient de publier son rapport 2017. Celui-ci est accablant pour le Mali où sont dénoncés violations, traitements inhumains et dégradants, actes de criminalités, conflits communautaires, etc.

Kiosque le360 Afrique. C’est un tableau sombre sur la situation des droits de l’Homme au Mali qu’a dépeint Human Right Watch dans son rapport annuel 2017.

L’organisation non gouvernementale y dénonce «des violations qui ont trait aux traitements inhumains et dégradants, aux actes de criminalités, aux conflits communautaires et à la mauvaise gouvernance», selon maliactu.info.

Pour l’ONG, en 2016, «les civils maliens ont subi une situation de «ni guerre, ni paix», alors que la mise en œuvre de l’Accord de paix de 2015 destiné à mettre fin à la crise dans le nord du pays était au point mort, et des groupes armés affiliés à Al-Qaïda lançaient des dizaines d’attaques contre les forces de sécurité maliennes et les forces internationales de maintien de la paix, étendant leurs opérations vers le Sud».


LIRE AUSSI :
La situation des droits de l’homme reste très préoccupante au Mali


Face à cette situation d’insécurité, Human Right Watch révèle que les militaires ont réagi aux attaques des groupes armées islamistes en lançant des opérations antiterroristes qui se sont souvent soldées par des arrestations arbitraires des exécutions, des actes de torture et d’autres mauvais traitements. Malgré ces exactions, «les autorités maliennes n’ont guère pris de mesures pour enquêter sur les personnes impliquées dans des exactions récentes».

Seulement, l’armée malienne n’est pas la seule incriminée. Les groupes armées touaregs, arabes, affiliés à Al-Qaïda et les milices progouvernementales ont pris part à de nombreux affrontements entre eux. Ainsi, les groupes amés islamistes ont exécuté au moins 21 hommes au motif que ceux-ci auraient été des informateurs du gouvernement et des Français. De même, au moins 23 Casques bleus de l’ONU chargés du maintien de la paix dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée pour la stabilisation au Mali ont été tués et 108 autres blessés.


Le 30/01/2017 Par Kofi Gabriel

à lire aussi