Fermer

Mali: le syndicat des banques en grève pour 3 jours

Mise à jour le 23/08/2017 à 17h53 Publié le 23/08/2017 à 17h24 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Société
NSIA
© Copyright : DR

#Mali : Les banques et les compagnies d’assurance maliennes sont fermées durant 72 heures. Le personnel est en grève après le licenciement du secrétaire général du Comité syndical de l'assureur NSIA au Mali. Le récit des événements.

C’est une grève de 72 heures qui tombe mal, très mal même, à la veille de la fête du mouton. Les banques et les compagnies d’assurance maliennes sont en grève. En cause, le licenciement abusif, selon le syndicat, d’Issiaka Traoré.

Tout est parti des revendications de la centrale syndicale, l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) à laquelle est affilié le Syndicat des banques et assurances. Celle-ci porte sur la régularisation de l’ITS –Impôt sur le salaire- des employés de la compagnie d’assurance NSIA-Mali, à l’instar de toutes les autres banques et compagnies d’assurances de la place.

Constatant que cela n’a pas été le cas avec la NSIA, le secrétaire général du Comité syndicall de la NSIA, Issiaka Traoré, a sollicité cette régularisation auprès de la direction générale de l’entreprise, en ces termes : «Madame Bosso, ayez un peu de respect pour le personnel de NSIA».


LIRE AUSSI : Le groupe panafricain NSIA se renforce en Guinée


C’est cette phrase qui n’a pas plus à madame. Elle décida alors de licencier monsieur Traore. L’affaire est portée à la connaissance de la Direction nationale du travail, qui conformément aux textes, répond à la direction de NSIA que cette phrase n’est pas un motif de licenciement.

Le syndicat national des banques et assurances ayant appris la nouvelle a joué son rôle, celui de négocier avec la Direction de NSIA. En dépit de toutes les tentatives, l’agent Issiaka Traoré a été licencié. Le Syndicat national des banques et assurances du Mali a décidé de se mettre hier mardi pour 72 heures. La grève se termine demain jeudi et le travail reprendra le vendredi.

Toutefois, le syndicat souligne que si leur camarade n’est pas réintégré, il déclenchera une grève illimitée dans les jours à venir.
Le 23/08/2017 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté