Fermer

Vidéo. Mali: entre les enseignants et le gouvernement, le bras de fer se poursuit

Mise à jour le 27/01/2020 à 16h29 Publié le 27/01/2020 à 16h26 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Société
Vidéo. Mali: le torchon brûle toujours entre les enseignants et le gouvernement
© Copyright : DR

#Mali : La grève des enseignants se poursuit, au grand dam des parents d’élèves qui s'inquiètent. Les enseignants réclament l’application de l’article 39 de la loi du 16 janvier 2018, définissant leur statut. Le gouvernement, impuissant, appelle la société civile à la rescousse.

La grève des enseignants du Mali est très suivie dans les écoles fondamentales et les lycées publics. Les parents d’élèves affichent désormais leur crainte d’une année blanche, au cas où les syndicats des enseignants et le gouvernement ne parviendraient pas à trouver un accord.

Les enseignants campent sur leurs positions, et menacent désormais de déclencher d’autres mouvements, si leur revendication fondamentale n’est pas exaucée. Leurs syndicats dénoncent avant tout la non-application de l’article 39 de la loi du 16 janvier 2018, qui définit le statut du personnel enseignant.


LIRE AUSSI: Vidéo. Mali: les enseignants arrachent 25 millions de dollars au gouvernement, fin d'une grève de 4 mois


Les grévistes exigent du gouvernement «l’application immédiate» de cet article de loi, qui prévoit la majoration du revenu des enseignants des établissements secondaires, fondamentaux et de l’éducation préscolaire et spéciale, à hauteur de 20% depuis 2019, et de 9% à partir de janvier 2021.


Reconduit pour deux semaines depuis le 21 janvier 2020, avec la rétention des notes comme principale mesure de rétorsion, le mouvement des enseignants inquiète les parents d’élèves, qui ont interpelé le gouvernement et les syndicats, les enjoignant à trouver un «compromis rapide».


LIRE AUSSI: Vidéo. Mali: le syndicat des enseignants des collectivités locales tient son premier congrès


Le gouvernement, qui visiblement se retrouve dans une impasse, a décidé d'appeler des membres de la société civile à la rescousse.

Le Premier ministre malien, Boubou Cissé a rencontré samedi dernier, 25 janvier 2020, les représentants d'associations de la société civile malienne, mais aussi les familles fondatrices de Bamako, la capitale du pays, ainsi que les sages du Haut conseil islamique, le clergé de l’archevêché de la capitale, ainsi que les dignitaires des églises catholique et protestante malienne.

En muiltipliant ainsi les contacts, Boubou Cissé cherche à trouver une issue à cette crise qui perdure entre le gouvernement qu'il dirige et les syndicats des enseignants.
Le 27/01/2020 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté