Fermer

Vidéo. Mali: la confection de masques sanitaires, une opportunité pour l'économie nationale

Mise à jour le 02/06/2020 à 10h53 Publié le 31/05/2020 à 16h49 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Société
Vidéo. Mali: confection de masques locaux, une opportunité pour l'économie nationale
© Copyright : DR

#Mali : «Un Malien, un masque»: tel le nom du programme lancé par le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta. Un programme qui bénéficie aux tailleurs maliens, appelés à confectionner des masques sanitaires pour tous. Une opportunité pour ces professionnels de la couture.

Afin de lutter contre la propagation du coronavirus dans le pays, plusieurs initiatives prises par les membres d'ONG et par des entrepreneurs, sont en cours dans les pays du continent. 

Ces initiatives comprennent, entre autres, la fabrication artisanale de dispositifs de lavage des mains, de gel hydroalcoolique et de masques sanitaires. 

Au Mali, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a lancé le programme d’urgences sociales du pays, qu'il a nommé «Un Malien, un masque». Ce marché a été octroyé à l'ensemble des tailleurs du pays.


LIRE AUSSI: Cameroun. Coronavirus: le port obligatoire du masque, une opportunité pour la filière du textile, en difficultés


Les tailleurs du Mali, qui bénéficient de ce marché, ont apprécié cette initiative du président de la république du Mali, très connu par ses initiales, IBK, de leur faire participer à la lutte contre le Covid-19 dans le pays, en les associant à la confection de masques lavables pour l'ensemble de la population malienne.

Par exemple, à Bamako, Balimaya Couture est une entreprise qui profite de ce programme présidentiel.

Cette société, spécialisée dans la confection textile, a, parmi d'autres, bénéficié d’une commande du gouvernement, dans le cadre de l’atteinte des objectifs du programme présidentiel. Et ce programme a d'ores et déjà permis de dynamiser l’économie des entreprises locales, spécialisées dans cette activité industrielle. 


 

Le 31/05/2020 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté