Fermer

Ouagadougou: deux victimes algériennes dans l'attaque du café Aziz Istanbul

Mise à jour le 14/08/2017 à 15h06 Publié le 14/08/2017 à 12h21 Par Mar Bassine

#Société
Soldats déployés autour de Aziz Istanbul

Soldats déployés autour du café Aziz Istanbul de Ouagadougou ce lundi 14 août vers 2h du matin.

© Copyright : DR

#Maroc : L'attaque du café Aziz Istanbul aurait fait pour le moment deux victimes algériennes, deux canadiennes et une française mais aucune de nationalité marocaine. L'identification se poursuivait encore lundi en milieu de journée.


Pour l'heure, on compte deux Algériens parmi la vingtaine de victimes, selon les services d'urgences de l'hôpital Yalgado Ouédraogo. Cependant, précise la même source, "l'identification des victimes se poursuit et le bilan n'est que provisoire". A ce stade de l'enquête, parmi les victimes étrangères, on cite également une personne de nationalité française ou encore deux de nationalité canadienne, dont l'une est également d'origine algérienne. 

En janvier 2016, dans l'attentat du café Capuccino, une Marocaine Leila Alaoui avait trouvé la mort dans l'attaque qui avait fait une trentaine de décès et plusieurs blessés. Mais pour le moment, aucune victime marocaine n'est à déplorer dans la communauté qui compte cent-cinquante membres, précise l'hôpital, mais également une source diplomatique. 


LIRE AUSSI: Vidéo. Ouagadougou: une attaque terroriste dans un café fait au moins 18 morts

C'est à 21h, hier dans la soirée de dimanche 13 août, que l'attaque a eu lieu. Les assaillants, deux personnes, sont arrivés sur une moto avec un sac à dos, selon les témoignages recueillis par le site Burkina24. Ayant fait semblant d'avoir heurté une voiture devant le café Aziz Istanbul, ils ont immédiatement dégainé leurs armes avant de commencer à tirer sur les personnes attablées à la terrasse. Ils se sont ensuite retranchés dans l'immeuble où se trouve le café. Les forces de défense et de sécurité burkinabè qui ont pris d'assaut l'immeuble ont réussi à tuer les deux terroristes. 


Le 14/08/2017 Par Mar Bassine