Fermer
#Economie

Vidéo. Forum Afrique développement: Maada Bio en VRP Sierra-Léonais à Casablanca

Mise à jour le 16/03/2019 à 09h57 Publié le 16/03/2019 à 09h41 Par Khadija Sabbar et Mar Bassine Ndiaye

#Maroc : Le président Julius Maada Bio de Sierra Leone est l'invité d'honneur de l'édition 2019 du Forum International Afrique développement d'Attijariwafa bank. Il explique les pas de géants réalisés par son pays pour faciliter l'investissement, mais également pour améliorer le capital humain.

Après la guerre civile et après les nombreux catastrophes dont a souffert la Sierra Leone  il était à la fois difficile et coûteux de faire des affaires en Sierra Leone, explique Julius Maada Bio, venu en invité d'honheur mais aussi en véritable VRP de son pays.

Julius Maada Bio n'a pas encore bouclé une année à la tête du pays, pourtant son bilan à mi-parcours est des plus brillants. 

D'abord en ce qui concerne la lutte contre la corruption, le pays est en train de vivre une véritable révolution. "Cette action, à elle seule, permet de faciliter l’accès au marché Leonais", souligne-t-il.

Et d'ajouter: "c’est une action, parmi d’autres", car il y a également la mise à la "disposition des investisseurs une équipe bien formée et expérimentée afin de réduire les procédures de création d'entreprises". 

Selon lui, "actuellement, en seulement 24 heures, il est possible de créer son entreprise en trois étapes". 


>>>LIRE AUSSI: Vidéo. Attijariwafa bank: démarrage du FIAD 2019, sous le signe de l'intégration africaine

Maada Bio explique en outre que "le développement du capital humain constitue le navire amiral" de son programme pour développer la Sierra Leone.

Pour lui, "la meilleure manière de renforcer le capital humain, c’est d’investir dans l’éducation".

Mais parce que l’investissement dans l’éducation n’est pas possible quand la population vit dans la pauvreté, il faut soutenir les familles pour scolariser les enfants. 

"Beaucoup trop de familles ne peuvent pas envoyer leurs enfants à l’école parce que 20 dollars par an leur fait défaut", souligne-t-il.

"Donc, notre première action a été de rendre gratuite une éducation de qualité. Au moment où je vous parle, deux millions d’enfants sierra-léonais vont à l’école sans que leurs parents ne paient le moindre sou. C’est le gouvernement qui supporte leurs frais de scolarité, qui leur achète des livres, les fournitures scolaires et bientôt nous leur donneront des uniformes et nous fournirons à certains d’entre eux la cantine scolaire gratuite", conclut le président sierra léonais

Le 16/03/2019 Par Khadija Sabbar et Mar Bassine Ndiaye