Fermer

L'Afrique concentre la moitié des opérations de maintien de la paix de l'ONU

Mise à jour le 31/07/2017 à 16h36 Publié le 31/07/2017 à 09h48 Par Kofi Gabriel

#Société
casques bleus
© Copyright : DR

#Maroc : Sur 16 missions de maintien de la paix mises en place par les Nations unies, 8 concernent l'Afrique. Il s’agit de missions coûteuses en vies humaines. Les pertes des opérations en cours se montent à un millier de morts au niveau du continent.

Les forces de la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) ont eu récemment à déplorer plusieurs pertes en vies humaines avec la mort de 3 soldats marocains. Ceux-ci viennent s’ajouter à une longue liste de soldats tombés en défendant les idéaux de paix et de sécurité. Il faut souligner que depuis 1948, les Nations unies assurent des missions de maintien de la paix un peu partout sur la planète. Au total, 71 de ces opérations ont été engagées dans le monde à compter de cette date. Actuellement, 16 opérations sont en cours, dont 8 en Afrique, après la clôture de la mission de l’Organisation des Nations unies en Côte d’Ivoire à la fin du mois de juin 2017.

Il est à noter que ces 16 opérations engagent 112.294 personnes venant de 127 pays. Et sans surprise, les forces assurant ces missions de maintien de la paix sont victimes d’attaques de la part de certains belligérants; attaques qui causent d'énormes pertes dans leurs rangs.

A fin juin 2017, les pertes au sein des missions en cours s'élevaient à 1.815 personnes, dont plus de la moitié tombées en Afrique, portant à 3.599 les pertes totales des opérations de maintien de la paix depuis 1948.

De manière générale, les missions des Nations unies en Afrique ont pour objectifs d'assurer le maintien de la paix et de faire respecter l’observation de cessez-le-feu. S'y ajoutent plusieurs tâches connexes: protection des civils, surveillance du respect des droits de l’Homme, mettre en place les conditions nécessaires à l’acheminement de l’aide alimentaire, bons offices et réconciliation, faciliter le retour des réfugiés, surveiller les frontières, contribuer à l’extension de l’autorité de l’Etat et à la préparation d’élections libres, ouvertes et pacifiques, etc.


LIRE AUSSI : Centrafrique: 2 nouveaux soldats du contingent marocain de la Minusca tués


Sur les 8 opérations en cours au niveau du continent, 5 figurent actuellement parmi les plus importantes mises en place dans le monde. En tenant compte de l’ONUCI qui a pris fin en juin dernier, les pertes en vies humaines de ces 9 missions s'élèvent à 971 personnes.

Minusco (RD Congo)

C’est l’une des opérations les plus anciennes mises en place au niveau du continent mais aussi la plus importante. En effet, la Mission des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (Monusco), conduite depuis juin 2010, est le prolongement de la Mission de l’organisation des Nations unies en République démocratique du Congo (Monuc) mise en place en novembre 1999 suite au génocide rwandais de 1994.

Elle a fortement contribué à la stabilisation de la RD Congo avec l’élimination de certains groupes opposés au retour de la paix dans l’est du pays.

Elle est la mission des Nations unies la plus importante en matière de personnel puisqu'elle emploie 22.283 personnes, dont 18.571 membres en uniforme. Les effectifs ont été réduits cette année de 3.600 Casques bleus à 18.571 membres, dont 16.807 membres en uniformes. Elle est aussi la plus coûteuse avec un budget 2016-2017 de 1,23 milliard de dollars.
Depuis sa mise en place, fin juin 2017, cette mission a eu à déplorer 111 morts dans ses rangs.

Minusma (Mali)

Mise en place en avril 2013, la Mission des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) a été chargée d’appuyer le processus politique et de contribuer à la stabilisation du pays en accordant une attention particulière aux agglomérations du nord, aux axes de communication, à la création des conditions d’acheminement de l’aide humanitaire, au soutien du retour des réfugiés, etc.


LIRE AUSSI : La République Centrafricaine exhorte le Maroc à maintenir son contingent au sein de la MINUSCA


La Minusma compte actuellement un effectif de 14.321 membres dont 12.815 membres en uniforme. La mission bénéficie d’un budget de 933,41 millions de dollars pour l’exercice 2016-2017.
A noter que depuis son lancement, la Minusma a accusé 128 pertes en vies humaines.

Minuss (Sud Soudan)

La Mission des Nations unies au Soudan du Sud a été mise en place en juillet 2011 pour consolider la paix et la sécurité et contribuer à mettre en place les conditions nécessaires au développement de la République du Soudan du Sud, dernier pays né au monde (9 juillet 2011).

La mission a été renforcée avec l’éclatement de la crise en décembre 2013. Elle compte actuellement 15.991 personnes 13.424 membres en uniforme avec pour missions prioritaires la protection des civils, des enquêtes en matière de droits de l’Homme, la création des conditions d’acheminement de l’aide humanitaire, etc. Son budget 2016-2017 a été évalué à 1,08 milliard de dollars.
A fin juin 2017, cette force accusait 50 pertes en vies humaines.


Minusca (Centrafrique)

C’est l’une des missions les plus complexes des Nations unies en Afrique. Outre les problèmes ethniques, la guerre civile dans ce pays est surtout entretenue par les confessions religieuses entre chrétiens et musulmans.


LIRE AUSSI : Vidéo - Minusma : la Guinée rend hommage à ses quatre soldats tués à Kidal


Les effectifs de la Minusca, en place depuis avril 2014, sont actuellement estimés à 13.633 dont 12.349 membres en uniformes. La mission est dotée d’un budget de 920,73 millions de dollars.

Les pertes en vies humaines de la Minusca restent limitées. A fin juin 2017, elles se chiffraient à 44 morts.  Aujourd’hui, elles se montent à une cinquantaine de morts suite aux dernierx décès enregistrés durant le mois de juillet.

Minuad (Soudan)

Mise en place en juillet 2007, la Mission de l’Union africaine et des Nations unies au Darfour (Minuad) est une force hybride, car composée d'unités des Nations unies et de l’Union africaine. Elle constitue l’une des plus importantes missions sur le continent. Son budget 2016-2017 a été évalué à 1,04 milliard de dollars.

Cette force compte quelque 19.685 employés, dont 13.178 militaires et 3.047 civils. Depuis son lancement, cette mission, victime notamment d'attaques de groupes terroristes, a eu à déplorer 250 morts.

Par ailleurs, comme rappelé plus haut, il faut signaler aussi qu’une des importantes missions de maintien de la paix de l’ONU en Côte d’Ivoire, l’ONUCI –Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire-, a pris fin en juin 2017. Celle-ci avait démarré en mars 2004, en remplacement de la Minuci, suite à la crise post-électorale, avec pour mission le désarmement des rebelles et des milices, ainsi que la préparation des élections présidentielles de 2005. Les forces de l’ONUCI de 6.000 hommes ont été portées au plus fort de la crise en 2011 à 11.792 hommes.


LIRE AUSSI : Sud-Soudan: un rapport accamblant fait limoger le commandant des casques bleus


Parmi les autres missions de la paix des Nations unies en Afrique, il y a aussi celle de la Force de sécurité intérimaire des Nations unies pour Abyei (FISNUA) au Soudan dont les effectifs sont évalués à 4.769 personnes. De même, la Minul (Mission des Nations unies au Libéria en place depuis 2003 et qui compte 1.622 personnes est toujours en activité. Elle accuse une perte globale de 200 vies humaines. Enfin, la Minurso reste la plus petite mission des Nations unies en Afrique avec seulement 472 personnes. Installée en avril 1991, cette mission déplore 16 pertes en vies humaines.

Enfin, il faut souligner que malgré l’importance cruciale de ces missions, l’avenir de certaines opérations est remis en cause. D'autant que l’administration américaine de Trump s’est engagée à réduire considérablement son apport financier à ces opérations. Il faut reconnaître que celles-ci sont très coûteuses. En effet, rien que pour la période allant du 1er juillet 2016 au 30 juin 2017, c’est un budget de 7,87 milliards de dollars qui a été voté pour les opérations de maintien de la paix.
Le 31/07/2017 Par Kofi Gabriel

à lire aussi