Fermer

Groupe BCP. Filiales africaines: un bénéfice de 857 millions de dirhams et de bonnes perspectives

Mise à jour le 24/03/2019 à 16h35 Publié le 24/03/2019 à 16h13 Par Moussa Diop

#Economie
BCP siège

BCP siège.

© Copyright : DR

#Maroc : Les filiales africaines du groupe Banque Populaire affichent des résultats en forte progression au titre de l’exercice 2018. Les perspectives de croissance sont meilleures dans l'objectif de finalisation des acquisitions des quatre filiales du groupe BPCE et donc de changement de voilure du groupe.

Le groupe Banque Centrale Populaire poursuit sa dynamique de croissance à l’international, notamment au niveau du continent africain.

Son offensive sur le continent, depuis le début de la décennie en cours, surtout avec l’orientation stratégique adoptée au cours de ces dernières années, commence à porter ses fruits, comme l’attestent les résultats robustes réalisées par les filiales africaines en 2018, qui commencent à jouer leur véritable rôle de relais de croissance du groupe, confirmant la justesse de sa stratégie, soutenue par un plan de développement et de transformation ambitieux.

Acteurs majeurs du développement des pays où elles sont implantées, les filiales du groupe BCP ont ainsi vu leur encours de dépôts croître de 9% et les crédits octroyés aux acteurs économiques progresser de 12%.

Plus concrètement, la contribution à l’additionnel de l’encours des créances sur la clientèle des filiales s’est établie à 3,9 milliards de dirhams au titre de l’exercice 2018.


LIRE AUSSI: "Financial Afrik Awards": le groupe BCP primé à Abidjan dans la catégorie "Deal de l'année"


Grâce à cette progression de l’activité commerciale, le produit net bancaire (Pnb) des filiales africaines a affiché une progression de 14% à 3,12 milliards de dirhams, tiré par les performances de l’activité d’intermédiation et le changement de périmètre suite à l’intégration pour un exercice complet de BIA Niger et de l’entrée dans le périmètre de consolidation de BCP Mauritius (ex Banque des Mascareignes, rachetée par le Groupe marocain).

Grâce à cette évolution, les différentes filiales du groupe BCP sont à l’origine de 20% de la création de valeur du groupe BCP.

Parallèlement, grâce à l’implémentation de la politique du risque du groupe au niveau des filiales, l’exercice 2018 a été marquée par une très forte baisse du coût du risque de - 63%, s'établissant à 217 millions de dirhams, résultat d’un important effort de recouvrement.

En conséquence, le résultat net consolidé des filiales a bondi de +75% pour s’établir à 857 millions de dirhams, représentant ainsi 24% du résultat net du groupe.


LIRE AUSSI: Sénégal: la BCP investit dans une start-up de mobile money contrôlée par Total


En plus de cette robuste dynamique des réalisations commerciales et financières, l'activité bancaire du groupe BCP à l'international poursuit, en outre, sa dynamique d’innovation. A ce titre, en 2018, le groupe a acquis la finatech Wizall et a lancé plusieurs offres digitales au Sénégal. Des offres que le groupe compte d'ailleurs généraliser à d’autres pays où il est implanté.

Au-delà de ces résultats financiers très satisfaisants, les opérations stratégiques réalisées par le groupe BCP en 2018, et qui devraient faire évoluer radicalement sa voilure en Afrique, laissent entrevoir de bonnes perspectives.

En octobre 2018, le groupe a ainsi finalisé son acquisition de la Banque des Mascareignes à l’Île Maurice.

«En tant qu’unique banque de l’Afrique du Nord et de l’Ouest présente à Maurice, la BCP compte accompagner la dynamique d’ouverture vers l’Afrique francophone ainsi que les flux d’investissement en provenance d’Asie, notamment la Chine et d’Inde, vers l’Afrique», a souligné, à cet égard, Kamal Mokdad, directeur général du groupe BCP en charge de l’International.


LIRE AUSSI: Maroc-Maurice: la BCP finalise l'acquisition de la Banque des Mascareignes


Le groupe a, de plus, été retenu pour l’acquisition de participations majoritaires dans quatre nouvelles filiales de son partenaire capitalistique BPCE -Banque Populaire et Caisse d’Epargne.

Il s’agit de 68,5% dans la Banque Internationale du Cameroun pour l’Épargne et le Crédit (BICEC), troisième acteur bancaire du pays, 71% dans la Banque Malgache de l’Océan Indien (BMOI), quatrième acteur bancaire du Madagascar, 100% dans la Banque Commerciale Internationale (BCI), quatrième acteur bancaire en République du Congo, et 60% dans la Banque Tuniso-Koweitienne (BTK), acteur historique du secteur bancaire tunisien.

La finalisation de l’acquisition de ces participations confèrera, sans conteste, une nouvelle dimension à l’international au groupe Banque populaire, avec une présence dans 17 pays africains pour un portefeuille d’une vingtaine de filiales.

L'évolution de ce portefeuilles d'actifs va donc, sans nul doute, très positivement impacter les perspectives de résultat du groupe à partir de 2019, et plus encore, une fois que les restructurations nécessaires autront été entreprises.

Raoppelons en outre qu'en 2017, les quatre filiales que comptait alors le groupe BCP avaient réalisé un produit net bancaire agrégé d’environ 2 milliards de dirhams.

Partant, pour Kamal Mokdad, «la priorité du groupe BCP en 2019 concerne la finalisation des acquisitions des filiales des BPCE», et haut cadre de la BCP explique également qu’une fois celle-ci réalisée, «le groupe pourra porter la contribution des filiales africaines à 30% à l’horizon 2020».
Le 24/03/2019 Par Moussa Diop