Fermer
#Culture

Vidéo. Les Marocains d'Afrique: Sofia, ambassadrice de la cuisine marocaine en terre ivoirienne

Mise à jour le 19/08/2017 à 17h44 Publié le 19/08/2017 à 15h14 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Maroc : S’Mouni Safia, ou Sofia pour les intimes, veut être un pont culinaire entre Abidjan et Rabat. Cette Marocaine, qui a passé toute son enfance en Côte d’Ivoire, est une passionnée de la cuisine marocaine, mais sait également concocter des plats ivoiriens.

Sofia fait partie de cette génération de jeune marocain qui ont grandi en Côte d’Ivoire et ont su s’y intégrer. Arrivée en 1989 en terre ivoirienne avec ses parents, elle a eu "une belle enfance" dans son pays d’adoption dont elle se réclame à 50%.

Aujourd’hui mariée et mère d’une fille, la jeune dame chaleureuse a tout abandonné pour la cuisine, une passion que lui a inoculé sa mère: "je sais concocter les saveurs marocaines authentiques. Et c’est avec amour et passion qui je délecte les papilles des Marocains et même des Ivoiriens en quête d’originalités culinaire", se plaît-elle à dire.

Quand Sofia ne s’affaire pas pour exécuter une commande en cuisine, chez elle à domicile, elle anime son blog et sa page Facebook ("SoDelices Traiteur" qui cumule près de 12.000 likes), deux univers où elle partage des astuces culinaires et vit pleinement sa passion.


LIRE AUSSI : Les Marocains du Sénégal: héritiers d’une «histoire de famille» millénaire


Surnommée "Adjoua" (nom originaire du centre du pays) en raison de son "comportement typiquement ivoirien" lorsqu’elle se retrouve avec ses amies, Sofia manie à la perfection le "nouchi", l’argot ivoirien, et ne résiste pas devant un plat de "Garba", le célèbre "attiéké" au thon grillé, dont raffolent les Ivoiriens.

Inscrite à l’Ecole Hôtelière de Grand Bassam, un établissement qui a récemment ouvert ses portes en partenariat avec l’Ecole Hôtelière de Casablanca, Sofia a décroché un stage dans un grand hôtel 5 étoiles de la capitale ivoirienne, avec l’idée de donner une touche gastronomique et encore plus raffinée à sa cuisine.
Le 19/08/2017 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet