Fermer

Vidéo. Côte d’Ivoire: un Marocain, concepteur du premier drone «Made in Côte d’Ivoire»

Mise à jour le 18/12/2018 à 21h30 Publié le 17/12/2018 à 14h19 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Economie
Vidéo. Côte d’Ivoire: un Marocain concepteur du premier drone «Made in Côte d’Ivoire»
© Copyright : DR

#Maroc : Des drones «Made in Côte d’Ivoire», c'est désormais une réalité. Le concepteur du premier drone ivoirien est un jeune Marocain, Marouane Jebbar, directeur général de «Côte d’Ivoire Drone». Voici son parcours, les produits qu'il a développés et les applications de ses drones.

Derrière les drones «Made in Côte d’Ivoire» de Côte d’Ivoire Drone se trouve un jeune Marocain, Marouane Jebbar, directeur général de Côte d'Ivoire Drone. Dans cet entretien avec Le360 Afrique, le concepteur du premier drone ivoirien revient sur cette expérience, le développement de ce produit, sa commercialisation et ses utilisations.


L’entreprise qu’il dirige, Côte d’Ivoire Drone, est une structure spécialisée en UAV, Unmanned aerial vehicle, un aéronef sans pilote ni humain à bord, la fabrication, la maintenance, le pilotage de drone, ainsi que l’application des drones dans l’agriculture, les BTP, la cartographie, les mines, etc.

Les drones de Côte d’Ivoire Drone sont utilisés pour diverses fonctions, comme l’explique Marouane Jebbar dont les surveillances, l’agriculture, le BTP, etc.


LIRE AUSSI: Cameroun: les drones "Made in Cameroon" à la conquête de l'Afrique


Parmi les gros clients de drones en Côte d’Ivoire, il y a la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE), filiale du groupe franco-africain Eranove.

Disposant de plus de 25.000 kilomètres de lignes à haute tension, celle-ci a recours aux drones pour surveiller son réseau électrique, notamment dans les zones difficile d’accès. Il y a aussi les propriétaires de grandes fermes agricoles qui utilisent les drones pour la surveillance des cultures ou des troupeaux. 


LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: les drones s’invitent dans l’agriculture


 

Le 17/12/2018 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

à lire aussi