Fermer

Maroc. Petites indiscrétions du FIAD 2017: que faisaient Condé et Kaboré avec les chefs d'entreprise?

Mise à jour le 17/03/2017 à 21h00 Publié le 17/03/2017 à 16h23 Par Mar Bassine

#Economie
Cover Vidéo... L'avis du Président Kaboré sur la demande du Maroc d'intégrer la CEDEAO
© Copyright : khalil Essalak

#Maroc : Ce n'est pas tous les jours que les chefs d'Etat ont l'opportunité de rencontrer dans un cadre quasi privé les différents représentants des patronats des huit pays de l'Union économique et monétaire ouest-africaine. L'Agenda de Roch Marc Christian Kaboré et Alpha Condé était visiblement très chargé.

A part une rencontre de l'Union africaine, notamment la conférence des chefs d'Etat, ce n'est peut-être qu'à Casablanca, lors du Forum international Afrique développement (FIAD), qu'il est possible de rencontrer autant de personnalités. L'édition de cette année du FIAD ne fait pas exception.

Pour cette année, l'on a eu droit à la venue de Roch Marc Christian Kaboré, président du Burkina Faso, invité d'honneur qui a donné le coup d'envoi des travaux hier jeudi 16 mars 2017. Mais il n'est pas le seul, puisqu'un autre président est venu à titre non officiel. Juste à côté de sa suite présidentielle au premier étage d'un grand hôtel de Casablanca, le Guinéen Alpha Condé, également président en exercice de l'Union africaine, tenait ses quartiers généraux. Mais personne n'aura l'occasion de le rencontrer dans les activités du forum, ni pendant l'ouverture, ni au moment de la remise des trophées Afrique développement.


VOIR AUSSI: Maroc-Entretien: Hassan Ouriagli détaille la vision africaine de la SNI

Evidemment, ce n'est pas le fait du hasard. Puisque les deux hommes se sont rencontrés et ont discuté pendant une bonne partie de la matinée du vendredi 17 mars. Non seulement, ils se sont réunis, mais ont eu à recevoir dans la suite du président Kaboré les patrons de l'UEMOA. Dans ce contexte, il est clair que c'est l'occasion de prendre la température de l'environnement des affaires au sein de la zone de l'Union économique et monétaire ouest africaine. L'occasion était également trop belle pour ne pas la laisser passer. On imagine bien que les chefs d'Etat ont demandé l'avis des différents patrons de l'UEMOA concernant la demande du Maroc d'intégrer la CEDEAO.


VOIR AUSSI: Vidéo. Maroc-CEDEAO. L'avis du président Kaboré sur la demande du Maroc

Kaboré et Condé ont également reçu de grands capitaines d'industrie marocains, notamment Abdesalam Ahizoune, le patron de Maroc Telecom dont on connaît l'ambition bien africaine. Son groupe est présent dans de nombreux pays africains, mais son absence systématique de la délégation des hommes d'affaires qui accompagnent le roi Mohammed VI dans ses tournées africaines, suscite des interrogations. 

Il faut en effet rappeler que Maroc Telecom est actuellement présent au Burkina Faso, au Mali, au Gabon, en Mauritanie qui constituent ses premiers investissements. De plus, le 26 janvier 2015, Maroc Telecom a finalisé l'acquisition des filiales d'Etisalat présentes au Bénin, en Côte d'Ivoire, au Gabon, au Niger, en République centrafricaine et au Togo. Mais la filiale de la compagnie émiratie Etisalat n'est pas encore en Guinée.
Le 17/03/2017 Par Mar Bassine