Fermer

Vidéo. Saâd Eddine El Othmani explique l'aide marocaine au G5 Sahel

Mise à jour le 07/12/2018 à 17h06 Publié le 07/12/2018 à 17h00 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
Saâd Eddine El Othmani

Saâd Eddine El Othmani, Chef du gouvernement marocain.

© Copyright : DR

#Maroc : Le Maroc a assisté à la Conférence des partenaires et donateurs du G5 Sahel qui s'est déroulée hier, jeudi 6 décembre à Nouakchott. Le Chef du gouvernement marocain, Saâd Eddine El Othmani, revient sur les grandes lignes du soutien multidimensionnel que le Maroc compte apporter à cette organisation.

Le chef du gouvernement marocain, Saâd Eddine El Othman, a dirigé la délégation du Royaume du Maroc venue prendre part à la Conférence de coordination du G5 Sahel, ayant réuni hier, jeudi 6 décembre à Nouakchott, les chefs d’Etat du G5 Sahel, les partenaires et bailleurs de fonds, autour du Programme d’investissement prioritaire (PIP) sur la période 2019/2021.

Ce PIP, pour rappel, porte sur un portefeuille de 40 projets urgents axés sur la sécurité, la résilience, la gouvernance et les infrastructures, pour un financement global de 1,9 milliard d’euros.


Le chef du gouvernement marocain explique que sur «les hautes directives de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, et conformément à une orientation diplomatique traditionnelle de soutien à la coopération Sud-Sud, le royaume va assister les pays du G5 Sahel dans plusieurs domaines. Il s’agit de la lutte contre la désertification, le développement de l’agriculture, la maîtrise de l’eau, la formation professionnelle, la santé…».


LIRE AUSSI: Mauritanie: le chef du gouvernement marocain participe au sommet du G5 Sahel


Par ailleurs, «d’autres mesures de soutien aux pays frères du G5 Sahel seront ultérieurement annoncées par le gouvernement marocain», a-t-il ajouté.

Le G5 Sahel est un regroupement régional composé du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad et qui vise à assurer la sécurité et à contribuer au développement de la région.
Le 07/12/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

à lire aussi