Fermer

Mauritanie. Le gouvernement dément l'intox algérienne sur un prétendu refus d'accréditation de l'ambassadeur du Maroc

Mise à jour le 26/09/2017 à 15h37 Publié le 26/09/2017 à 14h05 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
Mauritanie. Nouvel ambassadeur du Maroc: Chabar, d'Accra à Nouakchott
© Copyright : DR

#Maroc : Le ministre de la Culture et porte-parole du gouvernement mauritanien, Mohamed Lemine Ould Cheikh, a démenti lundi soir 25 septembre, les allégations faisant état d'un refus d'accréditation du nouvel ambassadeur du Maroc par les autorités mauritaniennes.

Le gouvernement mauritanien a formellement démenti les rumeurs et allégations faisant état d’un refus d’accréditation de l’ambassadeur du Maroc, Hamid Chabar, désigné auprès de Nouakchott,  il y a quelques semaines.

S’exprimant à l’occasion d’un point de presse consacré aux commentaires des résultats des travaux de la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres et répondant à une question hors conseil, le ministre de la Culture et de l’artisanat, porte-parole du gouvernement, Mohamed Lemine Ould Cheikh,  a informé que «le Royaume frère du Maroc a sollicité  une accréditation au profit d’un plénipotentiaire nouvellement désigné et la procédure habituelle suit son cours normal. La réponse devrait intervenir dans peu de temps».


LIRE AUSSI: Fermeture de la Frontière Mauritano-marocaine: la presse algérienne à fond dans l'intox

La réponse du gouvernement mauritanien est sans équivoque. Le président Mohamed Ould Abdel Aziz a eu un agenda plutôt chargé au cours des derniers mois, avec l’organisation d’un référendum constitutionnel et une série de déplacements au niveau international.

Les allégations, parues dans la presse de propagande du voisin oriental du Maroc et reprises par des sites mauritaniens faisant état d’un refus d’accréditation du diplomate, relèvent plutôt d’une campagne de désinformation ourdie à partir d'Alger. 

Les regards se tournent également vers les milieux proches du Polisario qui auraient pour objectif de ternir les rapports entre le Maroc et la Mauritanie.


LIRE AUSSI: Maroc-Mauritanie: pourquoi l’intox algérienne ne fermera pas la frontière


Dans un exercice défiant les fondamentaux de l’histoire, de la géopolitique, de l’économie et des relations entre les peuples, les mêmes milieux ont récemment évoqué la perspective de fermeture de la frontière mauritano-marocaine,  au profit de l’ouverture d’un hypothétique couloir de passage entre Tindouf et Zouerate. Cet endroit désertique, très peu peuplé, dépourvu d’infrastructures et dont plusieurs parties sont incluses dans une zone militaire interdite à la circulation civile, est le théâtre de trafics illicites.
        
Le 26/09/2017 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya