Fermer

Génocide: un ministre turc attaque la France sur l'Algérie et le Rwanda

Mise à jour le 12/04/2019 à 13h43 Publié le 12/04/2019 à 13h41 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Mevlut Cavusoglu, affaire étrangère turc
© Copyright : DR

#Maroc : Une violente altercation a opposé ce vendredi le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu et la députée française LREM (le parti de Macron) Sonia Krimi lors d’une réunion de l’Assemblée parlementaire de l’Otan en Turquie.


Cet accrochage est survenu au lendemain de la parution dans le journal officiel en France du décret instaurant une commémoration annuelle, le 24 avril, du «génocide arménien» de 1915.

A l’ouverture, vendredi, de la réunion de l’Assemblée parlementaire de l’Otan à Antalya (sud), le président du Parlement turc Mustafa Sentop, s’est fendu d’une nouvelle attaque contre la France, l’accusant de «manipuler l’histoire» et lui imputant la responsabilité des massacres commis en Algérie à l’époque coloniale et au Rwanda.

Mme Krimi a alors pris la parole pour se dire «choquée» par les critiques turques et rejeter la version de l’Histoire « écrite par les vainqueurs », selon des images de la réunion retransmises en direct.


>>>LIRE AUSSI: Vidéo. Génocide rwandais: un légionnaire confirme la complicité française

Son intervention a suscité une réplique du chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu, qui s’en est violemment pris à la France et à M. Macron. «En termes de génocide et d’histoire, la France est bien le dernier pays à pouvoir donner des leçons à la Turquie parce que nous n’avons pas oublié ce qu’il s’est passé au Rwanda et en Algérie», a-t-il dit. «Vous pouvez continuer à regarder les choses de haut mais nous continuerons à vous remettre à votre place de cette façon», a-t-il ajouté.

A la suite de cet accrochage, Mme Krimi et la délégation française participant à la réunion ont quitté la salle en signe de protestation.
Le 12/04/2019 Par Le360 Afrique - Afp