Fermer

OMVS: bon espoir pour les projets énergétiques de l'organisation sous-régionale

Mise à jour le 17/05/2017 à 08h37 Publié le 17/05/2017 à 08h25 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Politique
OMVS

#Mauritanie : La XVIIe conférence des chefs d'Etat de l'Organisation de mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) s'ouvre ce mercredi à Conakry. L'occasion pour le Haut-commissaire de l'organisation de faire le point sur les importants projets de barrages hydroélectriques en cours.

Dans un contexte sous-régional marqué par un déficit énergétique, les projets relatifs à l'énergie sont certainement parmi les plus importants. Surtout que l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), organisation regroupant le Sénégal, le Mali, la Mauritanie et la Guinée, a décidé depuis mars 2015 d'un Marché commun de l'énergie.

A Conakry, Kabinet Komara, le Haut-commissaire de l'OMVS, a signalé des avancées «notoires» enregistrées dans ces projets. C'est l'une des conséquences de la remobilisation des partenaires autour d'une organisation qui a su redorer son image, au point d'être citée comme un exemple d'intégration sous-régionale.

C'est ainsi que selon Kabinet Komara, la Banque mondiale a fait passer de 120 à 240 millions de dollars sa participation au financement du deuxième PGIRE (Programme de gestion intégrée des ressources en eau) et a alloué 150 millions de dollars au volet d'urgence (Initiative SAHEL) pour l'énergie.


LIRE AUSSI : Mauritanie: l’OMVS se penche sur le projet hydroélectrique stratégique de «Koukoutamba»


Komara a aussi énuméré d'autres partenaires qui ont déjà mis la main à la poche ou qui ont manifesté leur soutien à l'organisation qui devrait atteindre environ 2000 MW à l'achèvement de ses projets. Il s'agit de :

- La Banque européenne d'investissement qui a mis fin à sa menace de suspension de décaissement dans le projet du barrage Felou, qui a été finalement inauguré en 2013 au Mali;

- La Banque islamique de développement (BID) qui a manifesté son grand intérêt pour un programme énergétique régional devant absorber près de 300 millions de dollars;

- Du programme Power-Africa des Etats-Unis qui a apprécié les démarches de l'OMVS et qui a inclus les projets énergétiques de l'OMVS dans son portefeuille à financer;

-  L'Agence française de développement qui s'est engagée non seulement pour l'équivalent de 100 millions de dollars sur le projet énergie, mais s'est aussi exprimée pour le financement d'un programme supplémentaire de l'ordre de 300 millions de dollars pour de nouveaux projets de barrages hydroélectriques, dont Diama et Gourbassi ;

- Eximbank Chine qui a confirmé son financement pour le barrage de Gounia, après d'intenses interactions, et qui s'est dite disponible à partir de cette expérience à considérer de nouveaux projets de l'organisation.


LIRE AUSSI : Petit briefing pour les entreprises intéressées par le barrage de Koukoutamba de l'OMVS

Le Barrage de Koukoutamba

Concernant le plus grand projet hydroélectrique de l'organisation, le barrage de Koukoutamba (en Guinée), d'une capacité prévisionnelle de 300 MW, il est désormais sur la bonne voie. Kabinet Komara a annoncé que les études environnementales et sociales seront lancées le 19 mai. «Les instructions reçues lors de la dernière Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement ont permis l'actualisation du projet et lui ont insufflé une grande dynamique. C'est ainsi qu'aujourd'hui, l'évaluation des offres est terminée et la phase d'évaluation des offres financières est imminente...», a-t-il indiqué.

Pour la réalisation de ce barrage, l'OMVS a déjà créé la SOGEOH (la Société de gestion des ouvrages du haut bassin en Guinée ). 
Le 17/05/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou