Fermer

Vidéo. Sénégal-Mauritanie: «Y'en a marre» exige la libération du rappeur d'Ewlad Leblad

Mise à jour le 13/04/2018 à 17h33 Publié le 13/04/2018 à 17h08 Par Malick Maram Ndiaye et Moustapha Cissé

#Politique
Rappeur Mauritanien de Ewlad Blad: les membres de Y'en a Marre fustigent le gouvernement sénégalais
© Copyright : Le360: Malick Maram Ndiaye

#Mauritanie : Le mouvement «Y'en a marre» s’insurge contre l'expulsion du DJ du groupe de rap mauritanien Ewlad Leblad, réfugié au Sénégal depuis 2015 ». «Thiat» et ses camarades demandent aux autorités de cesser d’écorner l’image du pays de «la Téranga».


Arrêté depuis le samedi 7 avril dernier, Lemrabot ould Alioune Dieri, alias Isaac Ice, le DJ du groupe de rap mauritanien, Ewlad Leblad, réfugié au Sénégal depuis 2015, risque l’expulsion. Mais le mouvement «Y'en a marre» suit cette affaire de très près. «Thiat» et ses camarades du mouvement  réclament ainsi «le renouvellement du statut de réfugié pour tous les membres du groupe afin qu’ils ne soient pas expulsés vers la Mauritanie».




>>>LIRE AUSSI: Vidéo. Sénégal-Mauritanie: Ould Abdel Aziz veut la tête d'Ewlad Lblad contre l'accord de pêche


«L’Etat du Sénégal a expulsé l’activiste franco-béninois, Kémi Séba, et s’apprête à expulser nos frères mauritaniens. Ce qui représente un véritable problème», a dénoncé «Thiat» du mouvement «Y'en a marre». Il réclame que leurs frères d’Ewlad Leblad soient entièrement pris en charge par le Sénégal afin que leur statut de réfugié soit renouvelé. Lui et ses camarades n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère. «Ils (les membres du groupe Ewlad Leblad) pourraient courir le risque d’être assassinés et l’Etat du Sénégal en serait entièrement complice et responsable», a-t-il ajouté.

Cette vision de «Thiat» est partagée par Fadel Barro, lui aussi membre du mouvement «Y'en a marre». «Le Sénégal, pays de la Téranga, n’est pas une création des hommes politiques, elle découle plutôt du comportement de tous les fils du pays », a-t-il précisé. Ainsi, nous devons tous veiller à ce que cette image du Sénégal ne soit plus écornée et éviter que «le pays perde de son esthétique culturelle et de son charme».

Le 13/04/2018 Par Malick Maram Ndiaye et Moustapha Cissé