Fermer

Mauritanie. Covid-19: près de 1.700 citoyens rapatriés du Sénégal

Mise à jour le 03/07/2020 à 15h50 Publié le 03/07/2020 à 13h45 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Société
Mauritanie. Covid-19: voici les conditions de rapatriement des citoyens bloqués à l’étranger

Covid-19, rapatriement des Mauritaniens bloqués à l'étranger.

© Copyright : DR

#Mauritanie : Environ 1.700 Mauritaniens résidents au Sénégal ou qui y étaient restés bloqués, suite à la fermeture des frontières dans le cadre des mesures sanitaires contre le Covid-19, ont été rapatriés dans le cadre d'un accord entre les deux pays.

Selon les chiffres fournis par le gouvernement, 1.686 citoyens mauritaniens bloqués au Sénégal par la fermeture de la frontière dans le cadre des mesures visant à contenir la propagation de la pandémie du coronavirus (Covid-19) ont été rapatriés au pays, à la faveur d’une opération organisée depuis le 22 juin dernier, par le point frontalier de Rosso (200 kilomètres au sud de Nouakchott).

«Déjà, la veille du mois de ramadan, le président Mohamed Cheikh El Ghazouani avait donné des instructions pour apporter une assistance d’urgence à nos compatriotes bloqués dans ce pays frère. Ainsi, pour alléger les conditions du confinement, l’ambassade de Mauritanie au Sénégal a apporté des appuis financiers et alimentaires à ces citoyens bloqués, en ciblant en priorité les franges les plus vulnérables», rappelle l’Agence mauritanienne d’information (AMI), un organe du gouvernement.


LIRE AUSSI: Mauritanie: voici les conditions de rapatriement des ressortissants bloqués au Sénégal


Pour organiser cette opération «les autorités gouvernementales ont mis en place un dispositif multiforme facilitant le passage, le dépistage, l’hébergement, la sécurité et le transport des personnes rapatriées vers leur destination respective».

Cependant, il faut signaler que le retour au pays des citoyens mauritaniens bloqués hors des frontières (Sénégal, Maroc, Europe…) par la pandémie du coronavirus (Covid-19) a été précédé de multiples grincements de dents,  notamment plusieurs déclarations et manifestations de protestations de leurs proches dénonçant «un abandon» de la part du gouvernement.
Le 03/07/2020 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya