Fermer
#Culture

Vidéo. Mauritanie: le Festival Jazz Plus tient en haleine les Nouakchottois

Mise à jour le 22/09/2017 à 18h01 Publié le 22/09/2017 à 10h34 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Mauritanie : La 3e édition du Festival Jazz Plus de Nouakchott se déroule depuis le 18 et ce jusqu'au 23 septembre avec la participation de nombreux groupes nationaux et étrangers spécialisés dans ce genre musical.

Le coup d’envoi de la 3e édition du Festival Jazz Plus de Nouakchott a été lancé au cours de la nuit du lundi 18 au mardi 19 septembre, avec un programme qui tiendra en haleine les férus de se genre musical très select jusqu’au 23 de ce mois. 

Cette rencontre est «un grand rendez d’échanges inter culturels entre les musiciens mauritaniens, ceux de la sous-région, d’Europe et des Etats-Unis. Il s’inscrit dans le cadre de la promotion de la musique du Jazz comme vecteur de paix, de liberté d’expression et d’unité, et porte un message de tolérance et d’ouverture sur les autres, pour une parfaite cohésion sociale».


LIRE AUSSI : Sénégal: début du festival de jazz de Saint-Louis sous haute surveillance


Par ailleurs, ce festival «vise à créer et développer des temps et un espace d’échanges entre les culture à travers des ateliers de découverte, un partage d’expériences  entre professionnels mauritaniens de la musiques et spécialistes étrangers du même art. Il s’agit ainsi d’initier les jeunes mauritaniens à la pratique du Jazz, promouvoir la culture de la paix et de la tolérance dans la sous-région, dans les pays du Sahel et dans le monde à travers le Festival de Jazz de Nouakchott, tout en faisant la promotion de ce genre musical dans le pays» explique  Baby Sarr, Secrétaire général de l’association «Echos du Sahel».

Au cours de cette manifestation, le public de Nouakchott suivra les concerts de Kahil El Zabar et David Murray (USA),  Samy Thiébault (France), Jerez-Texas (Espagne), Friedrich Zur Heide (Alemagne), Noura Mint Seymaly (Mauritanie), Walfadjiri (Mauritanie) et Dental Orchestra (Mauritanie)

 
Le 22/09/2017 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya