Fermer

Mauritanie: la compagnie pétrolière Petronas pourrait jeter l'éponge

Mise à jour le 24/01/2017 à 15h06 Publié le 24/01/2017 à 15h03 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Economie
pétrole
© Copyright : DR

#Mauritanie : La compagnie pétrolière malaisienne Petronas pourrait quitter la Mauritanie. Avec une production pétrolière en constante baisse et devenue quasiment négligeable, elle souhaite d'ores et déjà une révision du régime fiscal en vigueur pour maintenir une certaine rentabilité de son investissement.

A la chute de la production pétrolière est venue se greffer la baisse des cours du baril de pétrole. Un cocktail qui a fini par ruiner les espérances de rentabilité des investissements de la compagnie malaisienne Petronas en Mauritanie.

Outre le faible niveau du cours du baril, le pétrolier a vu sa production chuter constamment depuis l’acquisition des droits d’exploitation du champ Chinguitti, situé à 65 km de Nouakchott, cédé en 2008 par l’Australien Woodside contre 400 millions de dollars. Ainsi, alors que les prévisions tablaient sur 75.000 barils/jour, celle-ci s'avère actuellement tombée à 4.798 barils/jour en 2016 avec une production de 148.741 barils durant le mois de décembre dernier.


LIRE AUSSI :
Mauritanie: sévère désillusion du pétrole


Du coup, cette situation pose un sérieux problème de rentabilité financière de l’investissement. Partant, la compagnie malaisienne sollicite un régime fiscal moins contraignant à même de lui permettre de poursuivre son activité en Mauritanie. A défaut de l’accord des autorités locales, Petronas, déçu par le niveau de la production, envisagerait même de plier bagages.
Le 24/01/2017 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

à lire aussi