Fermer

Vidéo. Mauritanie: 8 mars, la valorisation du lait local au menu

Mise à jour le 11/03/2019 à 08h06 Publié le 10/03/2019 à 10h31 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Economie
Mauritanie: la valorisation du lait local pour fêter le 8 mars
© Copyright : DR

#Mauritanie : Sous l’impulsion d’OXFAM, et de plusieurs collectifs d’ONG, les Mauritaniennes ont célébré la fête internationale des droits de la femme. Une manifestation tournée vers la valorisation de la production locale de lait, à travers une exposition abritée par le Musée national de Nouakchott.

A travers l’exposition "la Coalition pour la promotion et la défense du lait local", l'ONG Oxfam a choisi de sensibiliser le public sur la nécessité de promouvoir cette importante denrée et sa transformation sur place, la valorisation et la vulgarisation des expériences pilotes de production fourragères initiées par de jeunes productrices et la mise en place de politiques visant à faire de nos industries à petite et grande échelle, des moteurs de lutte contre la pauvreté et pour le développement de la filière.

Il s’agit également de promouvoir l’intensification de la consommation du lait local pour soutenir l’effort d’autonomisation des femmes.

Aminata Mamadou Bâ, responsable d’un collectif de productrices de Boghé (ville de la vallée du fleuve), a souligné l’importance de la mobilisation pour donner un vif éclat à la  journée.


Pour sa part, Cheikh Omar Ba, directeur exécutif du think thank ouest-africain «IPAR», a mis l’accent sur les nombreux enjeux de l’autonomisation des femmes productrices de lait au niveau de la sous-région: accès au financement, à la terre, aux moyens de  production et autres défis liés à l’organisation.


LIRE AUSSI: Agroalimentaire. L’Afrique doit miser sur la transformation locale


Quant à Abder Benderdouche, vétérinaire, spécialiste du pastoralisme dans les régions tropicales, chef de mission (RIMRAP coopération UE), il a évoqué les différentes actions entreprises en Mauritanie par l'Union européenne pour développer la filière laitière.

Signalons qu’au cours des dernières années, les producteurs et productrices de lait au Sahel -Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tchad-, soutenus par une large coalition d’organisations paysannes, de consommateurs, de chercheurs, d'ONG et d'initiateurs de minis laiteries ont lancé une campagne de défense et de promotion du lait local.


LIRE AUSSI: Vidéo. Mauritanie: le grand paradoxe du secteur de l'élevage


Une mobilisation justifiée par un contexte qui se résume à travers 2 chiffres. En effet, 48 millions de familles de pasteurs et agro pasteurs de l’Afrique de l’Ouest tirent une part importante de leurs revenus de l’élevage, notamment de la production et de la transformation du lait local.

Toutefois, la filière laitière est confrontée à d’énormes défis climatiques, économiques et politiques, dont la concurrence déloyale de 500 milliards de franc CFA d’importations annuelles de poudre de lait.
Le 10/03/2019 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya