Fermer
#Economie

Vidéo. Mauritanie: le Centre de médiation et d’arbitrage international renforce ses compétences

Mise à jour le 17/02/2020 à 16h00 Publié le 16/02/2020 à 11h43 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Mauritanie : Plusieurs cadres ont bouclé, ce weekend, leur formation pour animer le Centre de médiation et d’Arbitrage International de Mauritanie (CIMAM), une institution logée dans les locaux de la Chambre de Commerce, d’Industrie et d’Agriculture de Mauritanie (CCIAM).


La création du CIMAM répond à la nécessité d’une justice commerciale rapide, condition incontournable par rapport à l’objectif
de l’amélioration du climat des affaires et l’explosion de l’investissement.

Myriam Bacqué, experte, formatrice présente la  médiation comme un mode  de règlement amiable  des conflits commerciaux,  qui permet d’éviter le  recours à la justice classique.

Les problèmes sont traités par un médiateur ou un arbitre formé à cet effet.


>>>LIRE AUSSI: Litiges: naissance de la première Cour africaine de médiation et d’arbitrage

«Cela marche à plus de 80%» avec une incidence sur  le maintien de la  paix au plan économique. Les partenaires  continuent  à travailler ensemble,  conformément au contrat initial.

Pour sa part, Maître Abdel Hamid, un des avocats les plus anciens du barreau, évoque une tendance mondiale suivant laquelle les partenaires commerciaux en désaccord préfèrent éviter la justice des Etats, lourde et chère, pour se tourner vers une résolution rapide des différents à travers la médiation et l’arbitrage. Ce qui explique l’adoption de plusieurs conventions internationales dans ce domaine au cours des dernières années.

Quant à Bintou Bolly Djibo, coordinatrice de la formation, elle apporte un éclairage sur la différence entre  les concepts de médiation et arbitrage (qui nécessite une lettre de mission au départ et dont la sentence peut faire l’objet d’une exécution forcée).


>>>LIRE AUSSI: Une médiation mauritanienne dans le différend sénégalo-gambien !


Elle signale  que la Mauritanie s’est dotée d’une législation pour les deux (2) modes de résolution des conflits.

Enfin, Mohemed Yahya ould Bah, bénéficiaire de la formation, parle des connaissances acquisses dans une perspective de résolution des litiges avec toute la célérité requise en matière commerciale et donne son avis sur le retard constaté  dans l’adoption de la feuille de route pour l’amélioration du climat des affaires.
Le 16/02/2020 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya