Fermer

Union africaine: la candidate mauritanienne a-t-elle tenté de frauder?

Mise à jour le 01/02/2017 à 15h21 Publié le 01/02/2017 à 15h19 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
Fatimetou mint Mohamed Saleck

Fatimetou mint Mohamed Saleck, ex-ministre et candidate de la Mauritanie au poste de la présidence de la Commission des ressources humaines, des sciences et des technologies de l'Union africaine.

© Copyright : DU

#Mauritanie : La présidence de la Commission des ressources humaines, des sciences et des technologies, au sein de l’Union africaine (UA) n’a pas été attribuée en marge du sommet d'Addis-Abeba. La candidate mauritanienne aurait tenté de frauder lors du vote, selon plusieurs sources.

Kiosque le360 Afrique. Fatimetou Mint Mohamed Saleck, l’ex-ministre des Nouvelles technologies sous le règne de Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya, candidate mauritanienne au poste de Commissaire des ressources humaines, des sciences et des technologies, au sein de l’Union africaine (UA), a t-elle tenté de frauder lors de l’élection à ce poste lors de la 28e Sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba?

Selon plusieurs sources, la fille de l’auteur du premier putsch militaire en Mauritanie, en 1978, et ancien président mauritanien Mustapha ould Mohamed Saleck, a été prise la main dans le sac pour fraude lors des votes.

D'après le site d'information Al-Akhbar, "la candidate essayait selon des sources de voter pour soi, au cours des opérations organisées pour renouveler les commissaires de l’Union". 


LIRE AUSSI :
Qui est Moussa Faki Mahamat, nouveau président de la Commission de l’Union africaine?


Pour le site barlamane.com, «cette candidate au poste de commissaire en charge des ressources humaines et de la technologie, a été prise la main dans le sac en train de frauder pendant le processus de vote». En effet, poursuit le site, «pour s’assurer plus de voix, elle a voté en sa faveur à la place de Sao Tomé et Principe», dont le délégué n’était pas présent dans la salle au moment des votes.

Toujours selon le site d’information, «pour éviter un scandale, le ministre mauritanien des Affaires étrangères, Isselkou Ould Ahmed Izid Bih, a retiré immédiatement la candidature de cette dame». 

Toutefois, le mal était déjà fait. «Les agents de sécurité se sont rendu compte de cette fraude et ont arrêté la dame qui devrait ensuite s’expliquer sur son geste», ajoute le site d’information.


LIRE AUSSI :
Vidéo. Clip de la chanson de Jannat dédiée au retour du Maroc au sein de l'Union africaine


Une chose est sûre. Il y a eu des couacs lors de l’élection du président de cette commission. Pour preuve, il n’y a pas eu finalement d’élection pour cette Commission et c’est le Commissaire sortant qui a été reconduit à son poste en attendant de nouvelles élections.

Rappelons qu’outre Fatimetou Mint Mohamed Saleck, la Mauritanie avait postulé pour le poste de Commissaire à la Paix et la sécurité de l’Union africaine avant que les autorités du pays ne retirent cette candidature. Le poste est finalement revenu à l’Algérie qui était en compétition avec le Nigeria.
Le 01/02/2017 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya