Fermer

Mauritanie: 4 ex-bâtonniers mettent en garde contre la violation de la Constitution

Mise à jour le 03/04/2017 à 19h02 Publié le 03/04/2017 à 16h39 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
Mauritanie: 4 ex-bâtonniers mettent en garde contre la violation de la Constitution

S'il y a une chose que sait faire le président mauritanien, c'est bien la sourde oreille. Toute la classe politique et toute la société civile mauritaniennes se sont liguées contre lui, mais Ould Abdel Aziz tient mordicus à sa réforme constitutionnelle.

© Copyright : Mauritanie: 4 ex-bâtonniers mettent en garde contre la violation de la Constitution

#Mauritanie : Fidèles à leur rôle historique d'avant-garde dans la défense des droits humains et la promotion de la démocratie, 4 anciens bâtonniers de l'Ordre national des avocats (ONA) de Mauritanie, parmi lesquels 2 ex-ministres, mettent les pieds dans le plat au sujet du débat sur le prochain référendum.


Les avocats ont toujours joué un rôle d’avant-garde dans la promotion des droits humains et le respect des règles démocratiques.
Partant de ce principe, quatre anciens bâtonniers de l’Ordre national des avocats (ONA) de Mauritanie ont décidé d’apporter leur contribution au débat sur la perspective d’un référendum, sur la base de l’article 38 de la Constitution pour faire passer un projet de réformes.

Une consultation populaire prévue au cours de l’été et qui crée une large fracture au sein de la classe politique, ou même au-delà, touchant de larges pans de la société.

Parmi ces vieux routiers des prétoires nationaux et africains figurent deux ex-membres du gouvernement. Dans une déclaration publiée samedi, ces toges noires mettent en garde le président Mohamed Ould Abdel Aziz contre toute idée de recours à un référendum sur la base de l’article 38 de la Constitution, après le rejet de son projet d’amendements par le Sénat.


LIRE AUSSI: Mauritanie: vers un référendum déchirant


Maîtres Diabira Maaroufa, Yacoub Diallo, Mahfoudh Ould et Ahmed Salem Ould Bohoubeiny, qui ont marqué l’histoire du barreau mauritanien de 1982 à 2014, rappellent au président de la République «l’obligation que lui imposent la Constitution et le serment qu’il a prêté» et que «la violation de ceux-ci constitue un crime de forfaiture».

Ils exigent «le renoncement au référendum envisagé, qui ouvre la voie à tous les tripatouillages, fragiliserait notre dispositif constitutionnel et ferait peser de lourdes menaces sur la paix et la cohésion sociale».

Les avocats insistent sur le fait que «les dispositions de l’article 38 de la Constitution sont générales et limitées par les dispositions spécifiques des articles 99, 100 et 101 de la même Constitution, conformément au principe élémentaire et reconnu de la primauté du spécifique sur le général».


LIRE AUSS: Mauritanie: l'ancien président Cheikh Abdallahi appelle à la résistance face au "coup d'Etat constitutionnel"

L’article 99 de la Constitution stipule expressément que «tout projet de loi doit être voté à la majorité des 2/3 des députés composant l’Assemblée nationale et des 2/3 des sénateurs composant le Sénat».

Jeudi dernier, le gouvernement mauritanien a adopté deux projets de loi devant être soumis à un référendum  constitutionnel. Le président Mohamed Ould Abdel Aziz envisage de soumettre à l’approbation populaire la suppression du Sénat, la création de conseils régionaux, le changement des symboles nationaux (drapeau et hymne), la suppression de la Haute Cour de justice (HCJ) et du Haut conseil islamique (HCI).
Le 03/04/2017 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya