Fermer

Mauritanie: le choix du compositeur du nouvel hymne national fait polémique

Mise à jour le 27/11/2017 à 13h30 Publié le 27/11/2017 à 13h15 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
drapeau mauritanie

Le nouvel hymne et le nouveau drapeau seront présentés le 28 novembre.

#Mauritanie : Le gouvernement mauritanien essaie de justifier le choix d'un musicien égyptien pour composer le nouvel hymne national.

Le référendum constitutionnel du 5 août 2017 a entraîné la modification des symboles nationaux, drapeau et hymne. Mais plutôt que de faire appel à un musicien mauritanien pour composer le nouvel hymne national, les autorités ont jeté leur dévolu sur l'Egyptien Rajih Sami Daoud. Un choix qui n'a pas manqué de faire grincer des dents, obligeant les responsables de cette décision à s’expliquer.

Ainsi, le ministre de la Culture, de l’artisanat et porte-parole du gouvernement, Mohamed Lemine Ould Cheikh, cité samedi par la presse officielle, a déclaré: «Les paroles de cet hymne doivent être patriotiques et leur auteur doit être de nationalité mauritanienne, car elles englobent une dimension, des symboles et des significations qui doivent émaner des citoyens, lesquels connaissent et vivent au plus profond tous ces éléments».


LIRE AUSSI : Mauritanie: les nouveaux symboles nationaux prêts


Toutefois, la composition musicale est "une question technique dont la gestion doit être souple. Ainsi, la plupart des hymnes nationaux des pays arabes ont été composés par des artistes étrangers. Même l’hymne américain a été composé par un citoyen britannique. Les frères égyptiens, en raison de leur expertise, ont composé les hymnes de plusieurs pays arabes, notamment celui de l’Algérie, des Emirats Arabes-Unis (EAU), de la Libye et de la Tunisie».

Commentant ce choix, «Chezvlane», un des plus célèbres blogueurs du pays, le qualifiait de «scandale».

La Mauritanie présentera son nouveau drapeau et son nouvel hymne national à l'occasion du 57e aniversaire de l'indépendance du pays le 28 novembre.


    
        
Le 27/11/2017 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

à lire aussi