Fermer

Mauritanie: les élections législatives, régionales et municipales prévues le 1er septembre 2018

Mise à jour le 25/06/2018 à 11h58 Publié le 24/06/2018 à 18h16 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
Elections
© Copyright : DR

#Mauritanie : Des élections législatives, régionales et municipales se dérouleront en Mauritanie le 1er septembre prochain, selon un décret du gouvernement convoquant le collège électoral.

La Mauritanie va vers des élections générales qui seront organisées le 1er septembre 2018. En effet, au cours du Conseil des ministres hebdomadaire du jeudi 21 juin «le gouvernement a examiné et adopté un décret convoquant le collège électoral pour l’élection des députés à l’Assemblée nationale, des conseillers régionaux et des conseillers municipaux» à la date du 1er septembre 2018. La date de tenue de ces élections générales est révélée dans un contexte de vives polémiques entre le pouvoir et l’opposition dite «radicale».

Regroupée au sein du Forum national pour la démocratie et l’unité (FNDU) - composé de partis politiques, organisations de la société civile, centrales syndicales et personnalités indépendantes -, celle-ci est exclue de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), dont les membres ont été choisis dans les rangs de la majorité et d’une frange se réclamant de l’opposition modérée ayant participé un dialogue national organisé en septembre/octobre 2016.


LIRE AUSSI: Mauritanie: recours de l'opposition contre la composition de la CENI


Les partis du FNDU, parmi lesquels le Rassemblement national pour la réforme et le développement (RNRD-Tawassoul), mouvance islamiste modérée, et l’Union des forces de progrès (UFP), ont introduit un recours devant la Chambre administrative de la Cour suprême en vue de faire annuler le décret de nomination des membres du comité directeur de la CENI.

Réagissant à l’annonce de cette nouvelle, Lô Gourmo, vice-président de l’Union des forces de progrès (UFP, opposition) désapprouve «la convocation d’un collège électoral pour des élections sans CENI légale et consensuelle, sans fichier électoral audité et validé», et qualifie cette décision «d’acte de pure provocation».

L’opposant rappelle ensuite «la campagne d’implantation» menée par le parti Etat, Union pour la république (UPR), «destinée, entre autres, à établir un fichier à vocation électorale avec identification de chacun des inscrits dans les futurs bureaux de vote. C’est ce fichier de militants qui va constituer le véritable fichier électoral.


LIRE AUSSI: Mauritanie. Élections: un magistrat à la retraite nommé nouveau président de la CENI


Car, souligne l'opposant, «comment en un seul mois la CENI pourra-t-elle faire établir et valider à l’échelle nationale un fichier, alors qu’une partie considérable des citoyens ne dispose pas de ses pièces d’état civil? Est-ce à une révision des listes électorales existantes jusqu’ici qu’elle devra procéder ou à l’établissement de nouvelles listes? Que contiendra le fichier électoral en définitive? Nul autre que le ministère de l’Intérieur (superviseur effectif des opérations électorales au service du pouvoir) ne le saura, puisque lui seul l’aura confectionnée et l’imposera à une CENI prête-nom».

Mais en dépit de tous ces obstacles, Lo Gourmo invite l’opposition à la mobilisation en vue de mener un combat acharné pour la transparence.
Le 24/06/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

à lire aussi