Fermer

Mauritanie: Biram peint un tableau catastrophique de la situation des droits humains

Mise à jour le 22/01/2020 à 14h06 Publié le 22/01/2020 à 13h15 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
Biram Dah ould Abeid

Biram Dah Abeid, député et leader de l’Initiative du mouvement abolitionniste (IRA/organisation anti esclavagiste).

© Copyright : DR

#Mauritanie : Inégalités, survivances des pratiques esclavagistes, tortures, crimes d’une extrême gravité couverts d’impunité… tel est le tableau sombre de la situation des droits de l’homme en Mauritanie, selon Biram Dah Abeid, chef d'une ONG anti-esclavagiste.

Le député et  leader de l’Initiative de résurgence du mouvement abolitionniste (IRA-ONG antiesclavagiste et de développement des droits humains) a jeté un regard critique sur la réalité et les pratiques persistantes dans le pays, devant le Comité des droits de l’Homme de l’Union internationale des parlementaires (CDH/UIP), qui tient actuellement ses assises.

Un document dans lequel cet élu tire également la sonnette d’alarme au sujet de la montée de l’intolérance religieuse et le fanatisme, exprimant la crainte de voir la Mauritanie suivre la pente périlleuse du Nigeria, «seul pays d’Afrique avec une présence de Daesh».

Prix de l’Organisation des Nations Unies (ONU) pour les droits de l’Homme, Biram est également un double candidat malheureux à l'élection présidentielle, se classant deuxième avec plus de 18% des suffrages à l’occasion du scrutin du 18 juin 2019, dont il a jugé les résultats non conformes au verdict des urnes.


LIRE AUSSI: Mauritanie: selon Amnesty international, Ghazouani doit régler prioritairement la question des droits humains


Parlant des exactions commises à la fin des années 1980, le député a affirmé: «Mon pays a déporté, spolié, humilié par milliers et massacré des centaines d’individus impunément. Une loi de 1993 protège les présumés tortionnaires de toute poursuite. Une version conservatrice et ultra liberticide de l’Islam y est pratiquée. Elle sert de bouclier à une monumentale entreprise d’exclusion et de prédation. L’essentiel des richesses du pays revient à une ultra minorité issue de l’ethnie arabo-berbère, celle de nos anciens maîtres. Je parle de la République Islamique de Mauritanie, un Etat, ébauche d’une modernité de façade, mais encore sous l’emprise d’un obscurantisme séculaire. Depuis 1978, date du premier putsch militaire, nous combattons d’une génération à l’autre, et souvent seuls, à mains nues, des oligarchies prétoriennes qui se transmettent le pouvoir».

Dans son exposé, Biram Dah Abeid a également critiqué le refus par l’administration de délivrer un récépissé de reconnaissance à l’IRA, organisation créée depuis plus de 10 ans.


LIRE AUSSI: Mauritanie. Présidentielle: Amnesty invite les candidats à s'engager en faveur des droits humains


La réunion de Genève fait un état des lieux de la situation des droits humains dans tous les pays membres de l’ONU.

A signaler que depuis son investiture le 1er août 2019, le nouveau chef de l’Etat mauritanien, Mohamed ould Cheikh El Ghazouani, a initié des rencontres régulières avec ses opposants, parmi lesquels notamment Biram Dah Abeid.

Des audiences qui ont permis à Ghazouani d'écouter les points de vue et opinions de tous sur la situation politique, économique et sociale du pays.
Le 22/01/2020 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya