Fermer

Vidéo. Mauritanie: un rouleau compresseur sur l’immense fortune de Mohamed ould Abdel Aziz

Mise à jour le 15/08/2020 à 16h38 Publié le 15/08/2020 à 16h31 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
La fortune du président Ould Abdel Aziz
© Copyright : DR

#Mauritanie : Une enquête préliminaire développe la puissance d’un rouleau compresseur, avec une avalanche de saisies à titre conservatoire sur des comptes bancaires, des biens mobiliers et bientôt immobiliers.

Rouleau compresseur. Ces deux mots rendent parfaitement compte des récents développements d’une procédure de police judiciaire ouverte par la justice mauritanienne, sur la base d’un rapport établi par une Commission d’enquête parlementaire (CEP) relatif à la décennie de gouvernance de l’ancien président, Mohamed ould Abdel Aziz (2008-2019).


>>>LIRE AUSSI: Mauritanie: saisie de comptes et placement sous scellés de biens présumés appartenir à l'ancien président Ould Abdel Aziz

Vendredi après-midi, les limiers de la police chargée de la répression des infractions à caractère économique et financier ont mis la main sur 56 camions de marque allemande, appartenant à un jeune homme d’affaires du nom de Mohamed M’Sabou, gendre de l’ancien président, Mohamed ould Abdel Aziz, selon une nouvelle rapportée par le site d’informations en ligne Al Akhbar.



Citant des témoins, la même source précise que «ces véhicules étaient garés dans une clôture sur la route d’Akjoujt, dans la banlieue nord de Nouakchott. Le compteur des poids lourds saisis affiche 0 kilomètre au compteur. Au même endroit, des citernes et des tracteurs d’occasion ont été découverts ».

Dans le même temps, la presse locale annonce une ordonnance de saisie conservatoire du tribunal de Nouadhibou (Nord), portant sur cinq bateaux appartenant à un homme d’affaires du nom de Mohamed Bowba. Tous ces faits montrent clairement que la «guerre» entre le président Mohamed Cheikh El Ghazouani et son prédécesseur et ami Mohamed ould Abdel Aziz, a atteint un point de non-retour, avec la perspective inévitable de solder les comptes devant les juges.


Le 15/08/2020 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya