Fermer

Mauritanie. Faux diplômes: un fléau très inquiétant qui gangrène l'administration

Mise à jour le 11/01/2018 à 15h27 Publié le 11/01/2018 à 14h07 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Société
Coumba Ba

Coumba Ba, ministre de la Fonction publique, du travail et de la modernisation de l'administration.

© Copyright : DR

#Mauritanie : Longtemps tabou, le phénomène des faux diplômes est désormais au centre du débat en Mauritanie, où plus de 70% des fonctionnaires d'un premier lot examiné ne seraient pas titulaires de vrais diplômes. Un scandale auquel le gouvernement a décidé de s'attaquer.

La Mauritanie est confrontée au fléau des faux diplômes. Certains cadres à des postes enviables et stratégiques au sein de la haute administration mauritanienne seraient concernés. 

Cette réalité était jusque-là un secret de Polichinelle. Des titulaires de doctorat incapables de rédiger un courrier sont légion dans l'administration.

Pour cacher leurs faiblesses, ils se présentent comme «francisants» face à un usager maîtrisant la langue arabe et «arabisants» dans le cas inverse. Une situation connue de tous, mais qui est malheureusement restée taboue.


LIRE AUSSI: Mauritanie: la chasse aux faux diplômes risque d’éclabousser de hauts fonctionnaires


Aujourd’hui, les lignes bougent et les plus hautes autorités ont décidé de s’attaquer au fléau. Ainsi, répondant à la question orale d’un député mercredi après-midi, au cours d’une séance de l’assemblée nationale, Coumba Bâ, ministre de la Fonction publique, du travail et de la modernisation de l’administration, a déclaré qu’une Commission d’authentification et d’équivalence des diplômes (CAED), mise en place par le gouvernement, est actuellement à pied d’œuvre.

A ce jour «110 diplômes ont été examinés et seulement 30 ont été authentifiés. Les titres ne satisfaisant pas aux conditions requises pour leur adoption ont été rejetés. Le gouvernement accorde une attention particulière au fléau de la falsification des diplômes. Ainsi, tous les cas de cette nature décelés seront immédiatement déférés devant la justice qui va ouvrir une  enquête conformément à la loi. Le phénomène des faux diplômés a un impact négatif sur les prestations du service public», a-t-elle souligné.


LIRE AUSSI: Algérie: un tribunal annule les faux diplômes de deux ministres


«Le gouvernement a désormais adopté une stratégie anticipative pour faire face au phénomène, avec la création de deux nouvelles structures: la Commission nationale des concours (CNC) et la Commission d’authentification et d’équivalence des diplômes (CNAED), présidée par un conseiller du président de la République».
 
   
Le 11/01/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya