Fermer

Vidéo. Marocains d'Afrique: Mohamed "El Maghribi", l'homme pour qui l'électricité auto n'a pas de secret

Publié le 04/02/2018 à 14h36 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Société
Vidéo. Marocains d'Afrique: Mohamed "El Maghrébi", l'homme pour qui l'électronique auto n'a pas de secret
© Copyright : DR

#Mauritanie : Mohamed Amkhoud est un Marocain spécialiste de l'électronique automobile, arrivé en Mauritanie en 1998. Dans son garage situé près de l'hôpital militaire de Nouakchott, il diagnostique les pannes et les répare, à la grande satisfaction des clients, adeptes de ces voitures "sophistiquées".


Mohamed Amkhoud, désormais connu sous le nom de Mohamed El  Maghrébi (le Marocain),  électricien auto, spécialisé dans le diagnostic et la réparation des véhicules à moteur électronique, donc de dernière génération, est originaire de la région d’Agadir.

Formé dans une école du royaume (Rabat),  il est arrivé à Nouakchott en 1998. Après avoir travaillé au sein de différents garages de la place, il a été repéré pour sa justesse d'expertise et recruté en 2003, comme employé, par la SOGECO.


>>>LIRE AUSSI: Vidéo. Les Marocains d'Afrique: Fatima Zahra, celle dont l’art culinaire chatouille les papilles des Maliens

Cet acronyme désigne l’une des plus grosses  entreprises privées de Mauritanie, qui opère dans la logistique, le transit maritime, le transport et  fait office de  concessionnaire de marques de  véhicules haut de gamme et  assure actuellement la représentation de Bolloré dans le pays.


Mohamed Amkhoud a quitté son employeur  en 2012 pour ouvrir son propre garage situé à la lisière des communes du Ksar et de Teyarett (nord de Nouakchott) tout près de l’hôpital militaire.

Mohamed s’est associé à un mécanicien du nom d’Abderahim, un compatriote. Son garage de désemplit pas et les clients repartent toujours satisfaits du service fourni, à l’image d’Ahmed Koundoul, qui le connaît depuis plus de 10 ans.

Notre mécanicien haut de gamme est marié à une Marocaine et vit tranquillement dans son pays d’accueil, dont il apprécie «l’hospitalité et l’ouverture». 
 

Le 04/02/2018 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya