Fermer

Vidéo. Le récit du calvaire des ex-prisonniers mauritaniens dans les geôles algéro-polisariennes

Mise à jour le 01/12/2019 à 13h36 Publié le 01/12/2019 à 13h34 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Société
Vidéo. Le récit du calvaire des ex-prisonniers mauritaniens dans les geôles algéro-polisariennes
© Copyright : DR

#Mauritanie : Les ex-prisonniers mauritaniens de "La guerre du Sahara" racontent le calvaire vécu dans les geôles algéro-polisariennes. Des témoignages glaçants sur les traitements inhumains et dégradants subis par ces ex-prisonniers.

Ils sont un millier, majoritairement des militaires et gendarmes faits prisonniers par l’armée algérienne, et mis à la disposition du Polisario, lors de ce qui est communément appelé "La guerre du Sahara".

Ces hommes ont été capturés en diverses circonstances, à la suite de plusieurs jours de combats acharnés avec des forces soutenues par l'armée algérienne, avant d'être mis à la disposition du Polisario, sous le prétendu statut de «prisonniers de guerre».


LIRE AUSSI: Sahara. La déclaration de Ould Abdel Aziz qui ne plaira ni à Alger ni au Polisario


Une situation qui a duré plusieurs années (1975-1981) et qui s’est traduite par un calvaire impossible à restituer par les mots: des travaux forcés, la faim, la soif, toutes les formes d’exactions et d’humiliations, des traitements inhumains, cruels et dégradants.


A travers ce récit, les ex-prisonniers racontent dans le menu détail des souvenirs cauchemardesques, transformés qu'ils furent «en zombies maléfiques» par la volonté de leurs semblables et pour la folie des ambitions géopolitiques sous-régionales d’Alger.

Des récits de l’horreur à couper le souffle, allant de l’arrestation au retour vers la patrie, dont le fil rouge est une souffrance indicible.

Dans une seconde partie, nous publierons les revendications de ces prisonniers qui, malgré leurs sacrifices pour la Mauritanie, ont été oubliés par les différents régimes, militaires de surcroit, qui se sont succédés depuis leur libération en 1981.

Le 01/12/2019 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya