Fermer

Mauritanie: retour de la sempiternelle coupure de l’Internet mobile

Mise à jour le 30/09/2020 à 08h53 Publié le 30/09/2020 à 08h50 Par De notre correspondant à Nouakchott Amadou Seck

#Société
Triche Bac
© Copyright : DR

#Mauritanie : Les Mauritaniens subissent les mêmes désagréments chaque fois que les élèves retournent en salles d’examen. Après le Bac, les autorités décident de couper à nouveau les connexions de l'Internet mobile pour cause de BEPC.

Sur ordre des autorités, les trois (3) sociétés de téléphonie opérant sur le marché mauritanien -Mauritel (filiale de Maroc Télécom et opérateur historique), la Mauritano-tunisienne des télécommunications (filiale de Tunisie Télécom) et Chinguitel (filiale de la soudanaise Expresso)- ont encore coupé l’Internet mobile 3G à l'occasion des examens du Brevet d'étude du premier cycle (BEPC).

Du coup, ce sont encore plusieurs centaines de milliers d’usagers qui sont privés d’une connexion internet dont la qualité est structurellement médiocre.

Cette mesure, très contestée, a pour objectif de barrer la route aux potentiels candidats tricheurs, en cette période d’organisation de l’examen du Brevet et au moment où la triche par le biais des nouvelles technologies de l'information, notamment du mobile, connaît une ampleur exceptionnelle.


LIRE AUSSI: Afrique. Bac, Manifs...: plusieurs pays choisissent la coupure d'internet


Conséquences: «de graves répercussions sur les activités économiques, surtout dans le secteur informel, qui se retrouvent bloquées pendant toute la journée jusqu’à 19 heures», déplore Ahmed Souvi.

Vive colère également de Mansour, réparateur de téléphones, qui invite les autorités et les entreprises de téléphonie mobile «à respecter les droits légitimes des consommateurs, en faisant preuve de plus d’imagination, pour trouver une solution alternative à cette méthode brutale, grossière et unilatérale. Les examens sont organisés dans tous les pays, notamment la sous-région, sans que les abonnés soient privés d’Internet».
Le 30/09/2020 Par De notre correspondant à Nouakchott Amadou Seck