Fermer

Vidéo. Nouakchott: les boucheries marocaines ont la cote

Publié le 19/09/2021 à 17h41 Par De notre correspondant à Nouakchott Amadou Seck

#Société
Les boucheries marocaines ont la cote
© Copyright : Le360 / Amadou Seck et Mamoudou Kane

#Mauritanie : Implantées dans de nombreux quartiers de Nouakchott, les boucheries tenues par les ressortissants marocains font désormais partie du paysage quotidien de la distribution des produits alimentaires.


Bien au-delà de la viande, dans ces endroits appartenants et tenus par des gérants marocains, on vend également fruits, légumes, produits du cru transformés. Le maître-mot est la propreté et la bonne organisation grâce au respect des règles d’hygiène. Des clients et des employés témoignent. «Ici, nous vendons tous les produits : viande rouge et blanche, fruits, légumes » et même de nombreux autres éléments nécessaires à l’alimentation des populations.Tout se passe bien», confirme
Aboubacar Keita, gérant d'une boucherie.

>>> LIRE AUSSI : Mauritanie: les bouchers privent Nouakchott de viande

Mario Farnos, un travailleur espagnol à Nouakchott, affirme consommer plus le poisson que la viande uand il est dans la capitale mauritanienne. Du coup «il  vient dans les commerces marocains à la recherche de légumes frais (piment, concombre, aubergine) en général. Les prix sont bons et la clientèle bénéficie d’un traitement correct de la part du personnel».

Amadou Niagaté, employé malien de la boucherie «Agadir» décrit un travail qui se passe «dans de    bonnes conditions. Nous vendons de la viande dans ses différentes variétés, des fruits, des légumes... On y est nombreux, et on arrive à nous en sortir malgré le nombre grandissant de clients».


>>> LIRE AUSSI : Vidéo. Marocains d'Afrique: le «Marrakech», l'escale des routiers marocains à Nouakchott

Pour sa part, Rachid Dibibih, boucher établi  dans la commune de Tevragh-Zeina, aborde l’aspect lié aux prix des animaux, dont il déplore la hausse continue, chiffres à l’appui. Un phénomène qui peut avoir  des conséquences sur les rayons, lesquels restent  vides certains jours de pénurie des animaux, avec des répercussions sur le panier de la ménagère.


Le 19/09/2021 Par De notre correspondant à Nouakchott Amadou Seck