Fermer

Gambie. Epais mystère autour du décès du fils d’Adama Barrow: simple accident ou sacrifice?

Publié le 19/01/2017 à 18h01 Par Mar Bassine

#Société
Gambie: le fils d'Adama Barrow mortellement blessé par des chiens.
© Copyright : DR

#Sénégal : Le deuil qui frappe Adama Barrow suite au décès de son fils est interprété de manières diverses. Pour certains, le décès survenu le 12 janvier alors que le nouveau président élu de la Gambie venait d’arriver au Sénégal, relève d'un sacrifice humain. D’autres parlent d'un sort jeté par Jammeh.


Voilà maintenant une semaine que la nouvelle du décès de Habib Barrow, fils d’Adama Barrow, soulève mille et une questions. Pour certains, cette mort prouve que Yahya Jammeh qui s’est autoproclamé guérisseur "serait investi de pouvoir magique". Le mystique président qui se disait capable de guérir des maladies encore incurables comme le sida n'aurait-il pas jeté un sort sur la famille de Barrow ? Certains au Sénégal comme en Gambie n'ont pas hésité à se poser cette question voire à retenir cette hypothèse.

Et pourtant, avant de se déplacer vers le Mali en compagnie de la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf,  Adama Barrow, en père soucieux de la sécurité de sa famille, avait pris le soin de mettre sa famille en lieu sûr. Car à son retour du Mali, il devait se rendre à Dakar pour répondre à l’invitation du Sénégal qui lui proposait un séjour en attendant son investiture.


LIRE AUSSI:
Gambie: le Sénégal ne veut pas fâcher son voisin gambien, malgré l'accueil d'Adama Barrow


Sa première épouse devait ainsi se rendre, avec le reste de la famille, chez une tante du nom de Néné Gallé, avec l’aval de la deuxième femme qui est également la maman du défunt fils de Barrow. Une fois sur place, la première femme de Barrow confie les enfants à sa tante, et, par souci de sécurité, elle se sépare d’eux et va ailleurs. Les choses vont ainsi s’accélérer. On ne sait par quelle magie, la tante va séparer, Habib Barrow, le défunt, du reste de la famille pour l’amener à Fajara, un autre quartier où vit son beau-frère du nom de Vieux Ceessay, un immigré gambien en Europe qui est présentement en vacances au pays. Malheureusement, le Vieux en question possède des chiens d'une race très dangereuse. Des pitbulls. 

Négligence de la femme de ménage


«Le 15 janvier vers 17 heures, Vieux Ceessay est sorti de la maison en y laissant le jeune Habib et la femme de ménage qui officiait derrière la cour, sans prendre la précaution d’attacher les chiens. Quelques minutes plus tard, quelqu’un a sonné à la porte et le jeune Barrow est allé ouvrir. C’est là que les pitbulls se sont attaqués à lui, causant l’irréparable», a soutenu la femme de ménage.

Dans un contexte actuel où nul n’a confiance en personne, certains Sénégalais et les Gambiens n'accordent pas de crédit à ces propos même si d’autres personnes viennent confirmer la thèse de la femme de ménage. «Ce sont les cris de la femme de ménage qui ont ameuté le voisinage, raconte cet homme, la trentaine, désireux de garder l’anonymat. «Sur place, nous avons eu beaucoup de mal à chasser les gros chiens qui avaient déjà causé d'importantes blessures à l'innocent enfant. La scène était insoutenable», a-t-il précisé.

Beaucoup se posent des questions. Nul doute que l’on prête à Yahya Jammeh des pouvoirs mystiques mais «cette affaire n’est pas claire», dit encore ce père de famille. « La police a arrêté Vieux Ceessay avant de le relâcher, ai-je entendu, suite à plusieurs interventions de la famille Barrow. Or, Vieux Ceessay n’est ni un ami, ni un parent d’Adama Barrow. Et personne ne sait à quel titre lui a été confié le petit Habib». Sous l’anonymat, cette personne va jusqu’à évoque un «homicide volontaire».

Tout de même, la question de savoir pourquoi Habib Barrow a été le seul à être conduit chez Vieux Ceessay reste entière. Pourquoi Vieux a-t-il été négligent au point de laisser un enfant de huit ans seul, avec des animaux aussi dangereux que les pitbulls ? Le mystère ne sera pas percé de sitôt. De toutes manières, comme par les temps qui courent, tout le monde en veut à Jammeh, beaucoup le désignent, quitte à avancer des thèses peu rationnelles comme celle qui dit qu'il aurait usé de pratiques occultes pour sacrifier le petit Habib.

Le 19/01/2017 Par Mar Bassine