Fermer

L’Etat signe la fin de Sénégal Airlines

Publié le 12/04/2016 à 13h10 Par notre correspondant à Dakar Ibrahima Diallo

#Economie
Sénégal airlines
© Copyright : DR

#Sénégal : Le ministère du Tourisme et des transports aériens a annoncé la fin de la compagnie Sénégal Airlines. l’Etat sénégalais travaille déjà sur la mise en place d’un nouveau pavillon national qui s’inscrira dans les objectifs prioritaires du projet de relance du hub aérien du Plan Sénégal émergent.

C’est un communiqué laconique du ministère du Tourisme et des transports aériens qui annonce que «l’Etat du Sénégal a mis un terme à la convention de concession des droits de trafic signé le 22 juillet 2009 avec la compagnie Sénégal Airlines». En termes moins techniques, il s’agit d’une liquidation pure et simple de la compagnie.

Cette convention garantissait l’usage exclusif des droits de trafic aérien détenus par le Sénégal. L’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) n’a pas renouvelé le Permis d’exploitation aérienne (PEA) de la compagnie arrivé à expiration le 2 avril 2016. L’ANACIM a motivé sa décision par le fait que la compagnie ne dispose plus d’avion.

Pour justifier la liquidation de la compagnie nationale, le ministère de tutelle souligne que malgré le soutien permanent de l’Etat, Sénégal Airlines «n’a jamais pu atteindre les objectifs de développement qui lui étaient assignés dans la convention de concession».

En effet, après quatre années d’activité, la compagnie présente un déficit financier de 65 milliards de FCFA (99 millions d’euros). A la clôture de la première année d’exploitation, au 31 décembre 2011, elle avait déjà perdu plus de la moitié de son capital social, l’exposant à une dissolution au regard des dispositions de l’OHADA -Organisation pour l'Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires, ajoute le communiqué.

Selon Mathiaco Bessane, directeur des transports aériens, l’Etat «ne pouvait plus continuer à supporter une compagnie comme Sénégal Airlines qui a des tares». Il explique que la convention de concession des droits de trafic prévoyait un certain nombre de droits et d’obligations de la compagnie nationale, qui «n’ont pas été atteints».

Du côté des travailleurs de Sénégal Airlines, c’est plutôt l’incertitude qui domine. Le syndicat des travailleurs du transport aérien auquel sont affiliés la plupart d’entre eux, a ainsi accueilli la nouvelle avec «tristesse». «C’est difficile pour un employé à qui on annonce la fermeture de son outil de travail. Nous pensons que l’Etat a pris les dispositions idoines pour la mise sur pied de façon très rapide et effective d’une nouvelle compagnie aérienne», a réagi Mamadou Moustapha Sall, coordonnateur adjoint des délégués de Sénégal Airlines. Cependant, il estime «déplorable» que chaque régime qui arrive change de compagnie.

Et c’est justement vers la création d’une nouvelle compagnie qu’on se dirige. D’après le communiqué du ministère du Tourisme et des transports aériens, «l’Etat a pris les dispositions pour mettre en place un pavillon national fort qui s’inscrira dans les objectifs prioritaires du projet de relance du hub aérien du Plan Sénégal émergent».

Du côté des sénégalais qui étaient associés dans la création de Sénégal Airlines, on semble aussi entériner la décision de l’Etat. «Je n’y vois aucun inconvénient parce qu’à vrai dire cette compagnie n’a jamais marché», explique Serigne Mboup du groupe CCBM, qui avait investi 250 millions de FCFA dans la compagnie.

Enfin, il faut rappeler que lors de la dernière visite du président turc Recep Tayyip Erdogan à Dakar, un partenariat avait été trouvé entre les deux pays pour que Turkish Airlines devienne le partenaire stratégique de Sénégal Airlines. Reste maintenant à savoir quel sort sera réservé à ce partenariat dans le cadre d’une future compagnie.

Le 12/04/2016 Par notre correspondant à Dakar Ibrahima Diallo