Fermer

Sénégal: limogé, le directeur du port recrute 400 nouveaux employés avant de partir

Mise à jour le 28/10/2017 à 10h32 Publié le 28/10/2017 à 10h28 Par Mamadou Awa Ndiaye

#Economie
Le nouveau DG du port et son prédécesseur

Le nouveau DG du port et son prédécesseur

© Copyright : dr

#Sénégal : 388 Contrats de travail à durée indéterminée (CDI) et 28 Contrats à durée déterminée (CDD) ont été signés par Cheikh Kanté, 11 jours avant son départ de la tête du Port autonome de Dakar (PAD). L’ancien directeur général laisse aussi une colossale dette à son successeur, Aboubacar Sadikh Bèye.

Entre sa destitution, le 12 septembre 2017, et la prise de fonction, le 25 septembre 2017, de son successeur à la direction générale du Port de Dakar, Cheikh Kanté a signé 388 CDI et 28 CDD. Aboubacar Sadikh Bèye, nouveau DG du Port autonome de Dakar (PAD), hérite également d'un surendettement, affirment certaines sources. Cette nouvelle charge vient s’ajouter à la situation financière déjà difficile qui prévaut au PAD. Afin de redresser la barre, le nouveau directeur général  a commencé par annuler les dernières nominations faites par Cheikh Kanté, son prédécesseur.

Le Port autonome de Dakar ne souffre pas seulement de la concurrence des autres ports de l’Afrique de l’Ouest. Sa gestion est aussi décriée par les nouveaux responsables. En effet, quelques jours après sa prise de fonction, Aboubacar Bèye, nouveau directeur général, a envoyé un courrier à ses collaborateurs pour attirer leur attention sur la situation financière difficile qui prévaut au PAD.

«Les fondamentaux de notre entreprise à travers quelques indicateurs clés, affichent des signaux inquiétants. C’est ainsi que pour l’année 2016… les frais de gestion du personnel dépassent les 20 milliards de francs Cfa. La valeur ajoutée dégagée au cours de cet exercice est ainsi consommée à 77% par les frais de personnel», a indiqué Aboubacar Sadikh Bèye.

Il est revenu sur les derniers recrutements opérés par Cheikh Kanté, son prédécesseur. «Entre la date du 11 septembre, date du décret portant ma nomination au poste de DG du Pad, et le 22 septembre 2017, il y a eu 388 nouveaux Contrats à durée indéterminée (CDI), 28 nouveaux Contrats à durée déterminé (CDD)», a-t-il fait remarqué à ses collègues.

Bèye a aussi déploré les contrats signés à la chaine durant ces dernières années au Port de Dakar. «Les effectifs CDI du PAD sont passés de 880 en 2010 à 1.763 en 2015, soit un doublement des CDI en 5 ans», a-t-il dit. Il reste toutefois septique quant à l’avantage apporté au port par ces recrutements.

Ainsi, va-t-il «annuler toutes les décisions intervenues dans la période du 11 au 22 septembre 2017, et portant sur les recrutements/régularisations, nominations et reclassements. Une commission sera mise en place pour étudier les dossiers de régularisation sur un ensemble de critères qui seront prédéfinis et publiés à l’interne».


LIRE AUSSI: Sénégal: des "grigris" chassent le nouveau DG du port de Dakar de son bureau

Revenant sur le volet financier du PAD, Aboubacar Sadikh Bèye dira que «la dette du Port autonome de Dakar représente 200% de la valeur ajoutée», en 2016. En plus, «sur les trois dernières années, l’Excèdent brut d’exploitation (Ebe) ne cesse de se détériorer, passant de plus de 27 milliards de Frans Cfa en 2014 à 6 milliards en 2016».

Il entend également faire des aménagements autour du port. Il convient, selon lui, d’«identifier des espaces autour du port du port pour des parkings d’attente et modulation du trafic, la modernisation de la voirie, l’instauration intégrale du fonctionnement à feu continu, la modernisation de l’outil de travail, la dématérialisation pour fédérer les acteurs autour d’une plateforme unique».

Le 28/10/2017 Par Mamadou Awa Ndiaye