Fermer
#Economie

Vidéo. Sénégal: une bonne gouvernance foncière au service de la paix sociale

Mise à jour le 28/03/2018 à 17h54 Publié le 28/03/2018 à 17h51 Par Malick Maram Ndiaye et Moustapha Cissé

#Sénégal : C'est ce mardi 27 mars que s'est ouverte à Dakar la quatrième édition de la rencontre annuelle de la Plateforme nationale sur les directives volontaires et la gouvernance foncière au Sénégal. Dans un contexte d'accaparement des terres, les ateliers tenus ont eu un sens particulier.

Durant deux jours, sous l'égide de la Coopération italienne en développement et de la FAO, les nombreux participants réunis à Dakar ont eu l'occasion de "contribuer à la réflexion sur la gouvernance foncière par un partage de résultats d’études et d’expériences de terrain", a indiqué le représentant de la FAO au Sénégal, Reda Lebtahi.

Ces études et expériences dépassent, selon lui, "la seule problématique du foncier" et "mettent aussi en évidence d’autres questions essentielles, entre autres l’avenir des Niayes, une dépression lacustre très fertile dans les environs de Dakar et qui s'étend jusqu'à Saint-Louis au Nord. La réflexion est d'autant plus importante qu'elle intervient dans un contexte de réduction du foncier agricole et de cohabitation entre les installations minières et les zones agricoles et pastorales".


>>>LIRE AUSSI: Sénégal: levée de boucliers contre Sefrioui, attributaire de 10.000 ha de terres agricoles


Pour Lebtahi, dans un avenir proche, la sécurité alimentaires d'une large population peut être menacée par cette nouvelle donne. 

A-delà de la fonction alimentaire du patrimoine foncier, les participants ont reconnu que seule une gestion raisonnable de la terre est à même de garantir la paix sociale. Cela passe par un consensus, une traduction des pratiques équitables dans les textes de loi et une parfaite application de ces derniers. 

Mise en place au Sénégal depuis 2014, la Plateforme nationale de dialogue multi-acteurs sur les directives volontaires pour une gouvernance foncière se veut "un espace de débat pour discuter des orientations politiques des réformes relatives au foncier dans les secteurs de la terre, de la pêche et la forêt".
Le 28/03/2018 Par Malick Maram Ndiaye et Moustapha Cissé

à lire aussi