Fermer

Sénégal: le nouveau Ter, à Dakar dès la première quinzaine de novembre prochain

Mise à jour le 24/10/2018 à 11h49 Publié le 24/10/2018 à 11h42 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Economie
Train Express Régional: Alstom entame l'expédition des 15 trains destinés au Sénégal

Les rames du train express régional commencent à être livrées.

© Copyright : DR

#Sénégal : Le Train express régional (Ter) sera au Port autonome de Dakar (Pad) le 12 novembre prochain. Les premiers véhicules ont été embarqués au port du Havre, en Normandie (Nord-ouest de la France).

Les premiers trains «Coradia Polyvatent» commandés par le Sénégal auprès d’Alstom, pour les besoins du Train express régional (TER) ont été embarqués ce lundi 22 octobre 2018. Désormais fin prêts, en France où ils ont été conçus, ils ont été acheminés de Reichshoffen (dans l'est, en Alsace) au port du Havre (dans le nord, en Normandie) pour être transportés à bord du navire "Grande Angola".

Au total, ce sont 15 trains qui sont expédiés pour assurer la navette entre Dakar et l'aéroport international Blaise Diagne (Aibd) de Diass.

Arrivés à Dakar, ces véhicules ferroviaires et les "bogies" (les chariots devant les supporter) seront réassemblés sur le site de maintenance du matériel roulant du TER, à Colobane, dans la capitale sénégalaise. Les techniciens français et sénégalais procèderont ensuite aux premiers essais statiques et dynamiques.


LIRE AUSSI: Vidéo. Sénégal: les travaux du projet Train express régional de Dakar démarrent en juillet 2017


Selon les informations données par la société française, Alstom, «le train Coradia Polyvalent destiné au Sénégal est un train à grandes lignes bimodes (diesel et électrique – 25 kV), qui circule à une vitesse de 160 km/h. D’une longueur totale de 72 mètres, ce train de quatre voitures peut accueillir jusqu’à 531 passagers répartis entre la première classe et la seconde classe».

Plus de 4.000 employés ont été mobilisés par les fournisseurs d’Alstom pour la fabrication de ces 15 trains Coradia Polyvalent commandé par le Sénégal. Le site de la société française, basée à Reichshoffen, est en charge de la fabrication et de la validation des trains. Mais cinq autres sites, en France, cette fois-ci, ont participé à la réalisation de ce projet. Il s'agit de Saint-Ouen, dans la banlieue parisienne, pour le design, Le Creusot pour les bogies, Ornans pour les moteurs et alternateurs, Tarbes pour le système de traction et, enfin, Villeurbanne, près de Lyon, pour les systèmes IT embarqués et l’information voyageurs.


LIRE AUSSI: Sénégal-BID: 300 millions d’euros en faveur du Train express régional


Dans un communiqué, Raphael Bernardelli, responsable Afrique du Nord et centrale chez Alstom soutient que «le départ des trains Coradia pour Dakar vient couronner la réussite des essais menés à Reichshoffen». «Cet événement témoigne de l’engagement dont font preuve toutes les équipes Alstom pour satisfaire les besoins et les attentes de nos clients», a-t-il ajouté avant d’exprimer sa fierté «de contribuer à cet important projet de mobilité qui fera de Dakar l’une des premières villes d’Afrique à acquérir cette technologie».

Pour sa part, le directeur général de l’Agence de promotion des investissements et des grands travaux (Apix), Mounataga Sy s’est réjoui du respect des délais de livraison par Alstom. «Nous témoignons de notre reconnaissance à Alstom pour cette livraison complète, effectuée dans les délais. Nous sommes par conséquent ravis de voir que le calendrier de livraison des trains est respecté, conformément au planning», a-t-il dit.


LIRE AUSSI: Sénégal: les travaux du Train express régional (TER) lancés ce mercredi


Le Train express régional (TER) ira de Dakar à l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD), situé dans la région de Thiès, à 57 km de la capitale sénégalaise. Les 15 trains qui assureront la navette, d'une dutrée de 45 minutes, passeront par 14 stations dont celui du nouveau pôle urbain de Diamniadio. La société table pour le moment sur un flux de transport de 115 000 voyageurs par jour.


Le 24/10/2018 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé