Fermer

Sénégal: 15 ministères quitteront Dakar dès 2018

Mise à jour le 27/12/2016 à 10h27 Publié le 27/12/2016 à 09h22 Par notre correspondant à Dakar Ibrahima Diallo

#Politique
Centre international de conférence Abdou Diouf
© Copyright : DR

#Sénégal : L’État sénégalais vient de lancer les travaux de réalisation de la Cité ministérielle Dakar-Diamniadio. D’un coût de 56 milliards de FCFA, dont 30 milliards seront assurés par la Coris Bank International, le site va accueillir 15 ministères en 2018.

A l’image de ses prédécesseurs, Macky Sall n’est pas encore prêt à déménager son confortable palais de l’avenue Roum vers une autre ville. Cependant, il vient de poser un acte qui pourrait mener vers une nouvelle capitale administrative. Diamniadio est en passe d’accueillir près de la moitié des ministères du gouvernement du Sénégal. Ainsi, ce qui était un patelin quasi-rural il y a une dizaine d’années est en train de devenir une ville intégrée, un véritable pôle administratif et urbain pour désengorger Dakar. Pour cela, le gouvernement va, en partie, déménager à Diamniadio.

Le président sénégalais a procédé, lundi 26 décembre au lancement des travaux de la Cité ministérielle Dakar-Diamniadio qui accueillera 15 ministères. L’infrastructure sera bâtie sur un terrain de 3,5 ha, regroupera un ensemble harmonieux de 4 immeubles intelligents de huit étages à usage de bureaux entièrement meublés et équipés sur près de 43.000 m2.

Il est également prévu un centre multifonctionnel pouvant abriter des restaurants, un centre commercial, des banques, ainsi qu’un réseau de voirie avec des espaces verts, un parking souterrain d’un hectare et des parkings à ciel ouvert pour une capacité de près de 1.000 places, de même qu’une centrale de production d’énergie solaire de 4 fois 200 kWC, soit 374 MWh d’énergie produite annuellement. La date de livraison est prévue en 2018.


LIRE AUSSI:
Sénégal: des officiels marocains satisfaits de l’avancée des travaux du pôle urbain de Diamniadio


Cette cité ministérielle n'est pas la seule réalisation qui fera de Diamniadio la ville moderne qu'ambitionne le gouvernement. En effet, cette localité qui est à quelques encablures (15 km au Nord) du futur aéroport international Blaise Diagne, accueille également la deuxième université de Dakar actuellement en construction. C'est ici que se trouve le centre international de conférences Abdou Diouf. Plusieurs projets immobiliers sont confiés à de grandes sociétés de promotion immobilière. 

Le coût global de ce projet présenté comme une «innovation technologique de pointe», est estimé à 56 milliards de FCFA (plus de 86 millions d’euros). L’essentiel de ce financement, soit 30 milliards de FCFA (46 millions d’euros) est assuré par le Groupe Coris Bank International implantée au Sénégal depuis un mois seulement. Une «audace» fortement saluée par le président sénégalais.


LIRE AUSSI :
Vidéo. Macky Sall lance la seconde génération d'infrastructures de Diamniadio


Les travaux seront exécutés par la société chinoise Envol Immobilier Sénégal. En août 2016, l’ex-inspecteur des impôts, Ousmane Sonko, avait accusé la société d’avoir bénéficié de ce marché, par entente directe, pour un montant de 150 milliards de FCFA (229 millions d’euros). Ce qu’avait démenti la société concernée, parlant d’un montant de 50 milliards de FCFA (environ 73 millions d’euros), beaucoup plus proche des 63 milliards annoncés par les autorités sénégalaises. Seulement, celles-ci n’ont pas expliqué comment le marché avait-t-il été attribué.

Quoiqu’il en soit, Envol Immobilier Sénégal va réaliser le projet, en partenariat avec des entreprises «de renommée internationale» en matière de construction immobilière. On cite notamment la société WIETC ayant réalisé les aéroports de Lomé et de Brazzaville. Toutefois, 60% des travaux seront assurés par des entreprises sénégalaises.

En dehors de la Cité ministérielle de Diamniadio, le gouvernement compte ériger des buildings administratifs dans chaque chef-lieu de région. "Ces pôles administratifs abritant tous les services déconcentrés de l’Etat dans un unique complexe, "permettront une meilleure coordination de l’action de l’Etat dans les terroirs", explique Macky Sall.


Le 27/12/2016 Par notre correspondant à Dakar Ibrahima Diallo