Fermer

Sénégal: deux députés philanthropes affectent leur salaire aux nécessiteux

Publié le 21/09/2017 à 18h57 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Politique
Ousmane Sonko

Ousmane Sonko

© Copyright : DR/

#Sénégal : Deux députés de la nouvelle assemblée sénégalaise ont décidé d'affecter en partie ou en totalité de leurs émoluments à des oeuvres caritatives et/ou aux populations nécessiteuses de leurs régions. Des cas rarissimes pour être signalés.

Tandis que le député de Thiès, Abdou Mbow, proche du président Macky Sall, souligne l’insuffisance des 1.000 litres de carburant  que lui offre son statut de vice-président à l’Assemblée nationale, deux de ses collègues ont choisi de partager leurs salaires avec nécessiteux de leurs localités.

Nouvellement élu député, Ousmane Sonko a décidé de redistribuer les 2/3 de son salaire à la pouponnière de Kaolack et aux femmes transformatrices de la Casamance. Ce geste du leader de «Ndawi Askan wi» sera imité par son collègue, Moustapha Mamba Guirassy, qui donne l’intégralité de sa rémunération aux populations de Kédougou, sa localité.


LIRE AUSSI : Sénégal: Ousmane Sonko révoqué de la fonction publique


«J’affecte le 1/3 de mon salaire de député à la pouponnière de Kaolack, et un 1/3 aux femmes transformatrices de Casamance», avait annoncé Ousmane Sonko, au lendemain de la publication des résultats officiels des élections législative du 30 juillet 2017. L’ex-inspecteur spécial des impôts et domaines, radié de la fonction publique par un décret du président Macky Sall précise également qu’il n’a pas «besoin du salaire de député pour vivre».

Cette initiative philanthrope du fils de la Casamance qui a suscité l’admiration de la plupart de ses compatriotes a, semble-t-il, inspiré le député Moustapha Mamba Guirassy. Le directeur de l’Institut africain de management (IAM) vole, quant à lui, au secours des démunis de sa localité de Kédougou.

Ainsi a-t-il décidé de mettre sur pied la Fondation Mamba Guirassy pour l’Entreprenariat. Et «à travers le mécanisme de la fondation, je compte ainsi contribuer à la réponse globale nécessaire pour le développement d’activités de micro-entreprises génératrices de revenus pour les femmes et les jeunes, dans cette région de notre pays, frappée par le marasme économique et le sous-emploi, malgré ses importantes richesses minières», a précisé le fils de Mamba Guirassy.

Rappelons que son défunt père fût, de juin 1984 à juin 1993, président du Conseil économique et social.

Le 21/09/2017 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé