Fermer

Sénégal: Idrissa Seck s’impose en leader de l’opposition

Publié le 05/01/2018 à 15h04 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Politique
L'ancien Premier Ministre Idrissa Seck

L'ancien Premier ministre Idrissa Seck.

© Copyright : dr

#Sénégal : Les démêlés judiciaires de Khalifa Sall empêchent le maire de Dakar de jouer pleinement son rôle dans l’opposition. L’exil forcé au Qatar de Karim Wade l’éloigne d’une éventuelle candidature en 2019. Une situation qui profite à Idrissa Seck, désigné comme le leader de l'opposition.

La situation que vit le maire de Dakar, Khalifa Sall, l'empêche de jouer son rôle au sein de l’opposition sénégalaise. Mais certains de ses partisans semblent lui avoir trouver une alternative en la personne de l’ancien Premier ministre, Idrissa Seck, son allié au sein de la coalition Manko Taxawu Sénégal. Connu pour son soutien indéfectible à Khalifa Sall, Bamba Fall a laissé entendre que ce dernier était considéré comme le leader de la coalition dirigée par le maire de Dakar.

Cet avis est semble-t-il partagé par l’analyste politique Mamadou Sy Albert. Selon lui, «Khalifa Sall peut être condamné. Idrissa Seck a le profil politique et l’expérience, surtout organisationnelle, pour une présidentielle, Il a également donné à Khalifa Sall une caution morale». Mamadou Sy Albert fait ainsi allusion à une éventuelle investiture d’Idrissa Seck comme candidat de la coalition Manko Taxawu Sénégal aux élections présidentielles prévues en 2019.


LIRE AUSSI : Vidéo. Sénégal: Thierno Bocoum explique pourquoi il a lâché Idrissa Seck

Mais cet avis n’est pas partagé par certains observateurs de la scène politique sénégalaise.
«Il n'y a pas encore eu de véritable accord entre Idrissa Seck et ce qui reste de la coalition de Khalifa Sall. Lors des élections législatives, cette coalition n'a pas permis à Idrissa Seck de gagner sa propre ville et de se placer en leader du mouvement à l'Assemblée nationale. Et aujourd'hui, Rewmi est affaibli par une série de défections. Son parti donne des signes de faiblesse», a soutenu le journaliste Momar Seyni Ndiaye.

Selon lui, d’autres personnes ont l'envergure de leader. «En terme de poids électoral et de représentativité au niveau de l’Assemblée nationale et du Haut conseil des collectivités territoriales, la coalition dirigée par Me Madické Niang est en pole position». Ce dernier est le président du groupe parlementaire Manko Wattu Sénégal.

Cependant,  souligne-t-il, «au cas où la candidature de Karim Wade ne passerait pas aux présidentielles de 2019, le Parti démocratique sénégalais et la coalition Manko Taxawu Sénégal, composée en partie de la fraction dissidente du Parti socialiste, pourrait trouver un candidat fédérateur». Et Idrissa Seck pourrait correspondre à ce profil.
Le 05/01/2018 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé