Fermer

Sénégal. Le ministre de la Défense jette l'opprobre sur la direction des bourses d'études

Mise à jour le 16/05/2018 à 12h55 Publié le 16/05/2018 à 12h50 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Politique
Université sénégalaise
© Copyright : DR

#Sénégal : Suite à la répression musclée menée contre les étudiants et ayant occasionné la mort d'un d'entre eux, le ministre des Forces armées Augustin Tine dédouane la Gendarmerie et jette le discrédit sur la direction des bourses d'études. Explications.

Le ministre des Forces armées, Augustin Tine s’est rendu au chevet des18 gendarmes blessés à la suite du mouvement d’humeur des étudiants de l’université Gaston Berger de Saint Louis. Arrivé dans la ville dans l’après-midi de ce mardi 15 mai, il a mis la mort de l’étudiant Mohamadou Fallou Sène sur le dos de la direction des bourses qui a mis en place un système de paiement électronique pour les 14.000 étudiants de l’UGB.

Même s’il «regrette» la mort de l’étudiant Mouhamadou Fallou Sène qui a reçu une balle réelle tirée par les forces de l’ordre, Augustin Tine soutient que le retard de paiement des bourses est à l’origine de ces malheureux événements. Selon lui, ce retard est dû au nouveau système de paiement électronique initié par la direction des bourses.


>>>LIRE AUSSI: Sénégal: deux étudiants tués par des gendarmes à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis

Il a tout de même tenu à rassurer les étudiants sur l’effectivité des paiements de leurs bourses. «Certains étudiants ont reçu leur carte bancaire en attendant que les autres en disposent également», a-t-il précisé. Il a également appelé à plus de «sérénité, et d’apaisement, afin que l’ordre règne dans l’espace universitaire, grâce à la concertation et au dialogue, pour trouver une solution aux problèmes des bourses».

Mais ces mots ne semblent pas convaincre la majorité des étudiants. Selon eux, «l’Etat a attendu qu’un des leurs soit sacrifié pour commencer à payer les bourses tandis que les épouses des ambassadeurs du Sénégal à l’étranger sont payées tous les mois, à ne rien faire».

L’Etat parle d’ «incidents» et du «décès d’un manifestant»

Malgré la gravité de l’intervention musclée des forces de l’ordre qui a occasionné la mort d’un étudiant de l’UGB et la blessure de 18 gendarmes, l’Etat semble minimiser cette «répression aveugle».

«Les incidents du jour ont malheureusement occasionné le décès d’un manifestant, Monsieur Mohamed Fallou Sène, étudiant en 2e année de Lettres modernes. En outre, une vingtaine de blessés a été dénombrée dont dix-huit du côté des forces de sécurité, tous évacués à l’hôpital régional de Saint-Louis pour leur prise en charge médicale. En cette douloureuse circonstance, le chef de l’Etat et le gouvernement présentent leurs condoléances émues à la famille du défunt et souhaitent un prompt rétablissement aux blessés», lit-on dans un communiqué signé par le porte-parole du gouvernement, Seydou Guèye.

Toutefois, sur instruction du chef de l’Etat, le gouvernement va «faire toute la lumière» dans cette affaire et «situer les responsabilités», a précisé Seydou Guèye. D’ailleurs, ajoute-t-il, «le procureur de la République a diligenté l’ouverture d’une information judiciaire à cette affaire».

La société civile et les syndicats d’enseignants dénoncent cette répression aveugle.

Dès la tombée de la nouvelle du meurtre de l’étudiant Mouhamadou Fallou Sène, les réactions des organismes des droits de l’Homme et des hommes politiques se sont multipliées.

Dans un communiqué parvenu à la presse, «La Ligue sénégalaise des droits humains, la Raddho et Amnesty International Sénégal ont condamné l'usage excessif de la force par les forces de sécurité lors des opérations de maintien de l'ordre». «Nos organisations exigent l'ouverture immédiate d'une enquête indépendante pour identifier l'auteur du meurtre de Mouhamadou Fallou Sène et de le traduire en justice», ont-ils poursuivi.

Le Syndicat autonome des enseignants du Sénégal (SAES) va plus loin. Pour dénoncer cette violence des forces de l’ordre sur les étudiants, en particulier sur les citoyens sénégalais en général, Malick Fall, secrétaire général du SAES, et ses camarades décrètent un mot d’ordre de grève de 48 heures.

«Nous allons dès demain (mercredi) décréter un mot d’ordre de grève de 48 heures pour marquer notre solidarité et notre soutien à l’endroit des étudiants, mais aussi pour protester contre la réaction disproportionnée des forces de l’ordre à l’encontre des étudiants», a déclaré depuis Ziguinchor le secrétaire général du SAES.

«La réaction des forces de l’ordre est très disproportionnée face à des étudiants qui réclamaient de façon légitime leurs bourses. Il y a eu mort d’homme», a-t-il dénoncé avant de rappeler que «c’est la énième fois que cela arrive dans les universités publiques». Il a cité à cet effet «Balla Gaye et Bassirou Faye», deux pensionnaires de l’université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, qui ont respectivement perdu la vie, dans des conditions similaires, le 31 janvier 2001 et le 14 août 2014.

A en croire Malick Fall, «le SAES va étudier, avec un pool d’avocats, la possibilité de se constituer partie civile»,  parce que, dit-il, «ce qui s’est passé à Saint Louis est extrêmement grave».

Le 16/05/2018 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé