Fermer

Sénégal: grave dérive d'un député appelant à tuer pour défendre la candidature de Macky Sall à un troisième mandat

Mise à jour le 10/10/2020 à 14h52 Publié le 10/10/2020 à 14h52 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Politique
Aliou Sow, député proche de Macky Sall

Aliou Sow, député proche de Macky Sall

© Copyright : Dr

#Sénégal : La vidéo dans laquelle le député Aliou Sow s'exprimant en peul, appelle son ethnie à s’armer de machettes pour faire face aux opposants du 3e mandat pour le président Macky Sall, a été largement partagée et traduite pour dénoncer ces propos.

Le député de l'Alliance pour la République (APR, parti au pouvoir) de Ranérou, Aliou Sow, demande aux Foutanké (habitants du Fouta, région peuplée majoritairement par l'ethnie peule qui vote toujours Macky Sall) de se préparer à prendre les machettes pour combattre ceux qui tenteraient de s’opposer au 3e mandat de Macky.

Il ajoute qu'il ne faudrait pas que l'APR commette la même erreur que le PS et le PDS, s'il ne veut pas que le prochain président condamne ses membres et partisans pour corruption. Le président du conseil départemental de Ranérou fait ici allusion aux poursuites judiciaires qui accompagnent les lendemains d’alternance au Sénégal.

Ce discours apparaît d’autant plus grave qu'il vient d’un responsable influant de la scène politique sénégalaise.


>>>LIRE AUSSI: Polémique ethniciste au pays de la «Téranga»: quand l’ethnie passe avant la Nation

Entouré de ses militants, il ne se doutait sans doute pas que ses propos allaient se retrouver sur la place publique. Aussitôt vue, la vidéo a été dénoncée par des milliers d’internautes et reprise par plusieurs sites d’informations en ligne qui y voient un appel aux meurtres.

Amadou Ba, jeune responsable du parti de l’opposition Pastef ne cache pas son amertume. "Je dis, cet individu est un député, qui vote la loi. Il appelle au meurtre de Sénégalais, mais sûr de sa proximité ethnique avec Macky, il sait qu'il ne lui arrivera rien". 

Pour l’instant, les responsables de l’APR n’ont pas réagi, préférant ignorer les propos de leur camarade, sans doute pour éviter de leur donner plus d’ampleur.
Le 10/10/2020 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé