Fermer

Sénégal: un pas de plus pour résoudre le casse-tête de l'eau potable à Dakar

Mise à jour le 14/12/2016 à 12h23 Publié le 14/12/2016 à 09h19 Par notre correspondant à Dakar Ibrahima Diallo

#Société
Macky Sall

Que prévoit Macky Sall si la pénurie venait à perdurer?

© Copyright : DR

#Sénégal : Les problèmes d'eau potable à Dakar pourraient être un vieux souvenir. Plusieurs partenaires financiers sont appelés à la rescousse pour mettre fin aux récurrentes coupures dans le circuit d'approvisionnement. La BAD apporte sa pierre à l'édifice avec la modique somme de 65 millions d'euros.

Les problèmes d’approvisionnement en eau potable à Dakar devraient bientôt être un vieux souvenir. La BAD vient d’accorder au Sénégal un financement de 65 millions d’euros (42,6 milliards de FCFA) pour le renforcement de l’alimentation en eau pour multi-usages sur l’axe Louga-Thiès-Dakar.


L’accord de prêt a été signé entre les deux parties, ce mardi à Dakar. Cette enveloppe va servir au financement partiel du «projet de renforcement de l’alimentation en eau pour multi-usages sur l’axe Louga-Thiès-Dakar, à partir de la Station de Keur Momar Sarr (KMS3)».


LIRE AUSSI:
L’Arabie Saoudite accorde un financement de 21 millions de dollars au secteur de l’eau potable

Avec cet appui financier, la BAD permet au Sénégal de boucler le financement nécessaire à la mise en œuvre de ce projet dont le coût global s’élève à 416 millions d’euros, soit environ 272 milliards 878 millions de FCFA.
La BAD rejoint ainsi d’autres bailleurs (la Banque mondiale, l’Agence française de développement, la Banque européenne d’Investissement et la Banque islamique de développement) engagés dans le financement de ce projet visant à mettre fin à la lancinante question de l’alimentation en eau potable, notamment de la région de Dakar.

«Ce nouveau projet cadre parfaitement avec l’objectif que s’est fixé le gouvernement, sur la période 2015-2025, d’accéder à un service universel d’eau potable répondant aux normes de qualité et accessible aux couches les plus défavorisées, dans un environnement institutionnel adapté», explique Amadou Bâ, le ministre sénégalais de l’Economie, des finances et du plan.

Ce projet permettra de couvrir, à l’horizon 2025, les besoins en eau potable et industrielle des régions de Louga-Thiès-Dakar, de renforcer l’alimentation en eau pour multi-usages des zones ciblées et d’assurer l’équilibre financier du sous-secteur de l’hydraulique urbaine. Il s’inscrit dans le Document de partenariat pays (DSP) 2016-2020, nouveau cadre de référence des interventions de la BAD au Sénégal.

A travers ce DSP, le Groupe de la BAD accordera au Sénégal une enveloppe financière de 842 milliards 600 millions de FCFA, en soutien aux projets du Plan Sénégal Emergent (PSE), soit une hausse de 453 milliards 240 millions de FCFA en valeur absolue et de plus de 116% en valeur relative par rapport au DSP précédent 2010-2015.
Le 14/12/2016 Par notre correspondant à Dakar Ibrahima Diallo