Fermer

Sénégal: les tarifs sur l’autoroute à péage vont enfin baisser

Mise à jour le 13/06/2018 à 11h47 Publié le 13/06/2018 à 11h41 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
Autoroute à péage
© Copyright : DR

#Sénégal : Le gouvernement sénégalais accélère les négociations pour la baisse des tarifs pratiqués sur l’autoroute à péage. Le gouvernement et la société Senac SA, en charge de la gestion de l’autoroute, doivent trouver un accord avant le 30 juin 2018.

Le gouvernement du Premier ministre, Mouhamad Boun Abdallah Dione, a jusqu’au 30 juin pour finaliser les négociations entamées avec Eiffage Sénégal, société gestionnaire de l’autoroute Dakar-Diamniadio, à propos de la baisse des tarifs exorbitants. Le chef de l’Etat accorde un délai de 18 jours aux deux parties pour faire taire la vieille contestation des usagers de l’autoroute qui se disent «arnaqués»  par Gérard Senac, directeur général de Senac SA, laquelle est la filiale du français Eiffage.


>>>LIRE AUSSI: Sénégal. Autoroute à péage: l’arnaque d’Eiffage dénoncée

Macky Sall a aussi demandé au gouvernement «de mettre en place un dispositif cohérent et performant de régulation et de suivi - évaluation de l'exploitation des autoroutes à péage avec l'ouverture prochaine des autoroutes Ila Touba- AIBD, Thiès-AIBD et Sindia-Mbour»

A rappeler que, le Collectif citoyen des usagers de l’autoroute à péage, initié par l’ancien député Cheikh Oumar Sy, estime que « le tarif de 3.000 francs CFA (4,5 euros) imposé aux automobilistes par Eiffage, doit être revu à la baisse». A terme, les usagers de l’autoroute à péage devraient donc payer 1.500 francs CFA pour un aller-retour Dakar-Diamniadio-Dakar.

Cheikh Omar Sy  va même plus loin et demande à Macky Sall de déclassifier le contrat liant Eiffage Sénégal à l’Etat pour que les citoyens en connaissent les termes.

«Ce qui est plus important pour nous, c‘est la publication du contrat. Jusqu’à présent, nous n’avons pas eu de réponses par rapport à nos interpellations sur ce contrat-là entre l’Etat du Sénégal et Eiffage. Je crois qu’avant de finaliser les tarifs, il faut avoir connaissance du contrat», a-t-il déclaré.

Le 13/06/2018 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé