Fermer

Sénégal: vers une rupture de médicaments

Mise à jour le 20/06/2018 à 18h21 Publié le 20/06/2018 à 17h57 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
médicaments
© Copyright : DR

#Sénégal : L’Etat du Sénégal doit actuellement 17 milliards de francs Cfa (255 millions d’euros) aux fournisseurs de médicaments. Ceux-ci menacent d’arrêter d'alimenter la Pharmacie nationale d’approvisionnement (PNA) en médicaments si l’Etat continue de tarder à régler sa dette.

L’Etat sénégalais doit actuellement 17 milliards de francs Cfa (255 millions d’euros) aux fournisseurs de médicaments, dont 4 milliards de francs Cfa (6,015 millions d’euros) à la Pharmacie nationale d'approbisionement (PNA) pour la Couverture médicale universelle.

Les fournisseurs étrangers menacent de rompre la fourniture de médicaments si cette facture n’est pas réglée dans les plus brefs délais. C’est donc tout le territoire national qui risque de se retrouver sans médicaments dans les prochains jours.


LIRE AUSSI: Sénégal: polémique autour d'une rupture de médicaments antituberculeux


«Nous allons vers une rupture totale de médicaments dans toutes les structures sanitaires du pays. Les médicaments utilisés présentement proviennent de notre stock», a fait savoir la Pharmacie nationale d’approvisionnement. Ce manque de médicaments en vue serait d’autant plus regrettable que la direction de la PNA avait prévenus les autorités de la situation inquiétante que vit actuellement la boîte.

Selon le journal L’Observateur, «les autorités de la PNA avaient alerté l’Etat depuis longtemps. Mais, les nombreux courriers sont restés lettre morte dans les tiroirs des différents ministères».


LIRE AUSSI: Sénégal: La réinjection de 1,2 tonne de médicaments saisie sur le marché choque les pharmaciens


Une lettre datée du 12 décembre 2017 avait même été adressée au ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr, après sa rencontre avec le Conseil d’administration de la PNA.

A noter que 90% des médicaments utilisés dans le pays proviennent des fournisseurs étrangers qui, si cette situation perdure, ne seront plus en mesure d’approvisionner le Sénégal. C’est donc, après les grèves remarquées des médecins et des personnels des différentes structures sanitaires, tout le secteur de la santé qui traverse actuellement une situation difficile au Sénégal.
Le 20/06/2018 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé