Fermer

Sénégal. Casamance: deux militaires tués par les rebelles

Mise à jour le 16/07/2018 à 18h52 Publié le 16/07/2018 à 18h49 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
Casamance

Casamance

© Copyright : dr

#Sénégal : Deux militaires sénégalais et 4 assaillants sont morts dans une attaque à mains armées au village de Djibanar, à Sédhiou. Les assaillants sont supposés appartenir aux rebelles du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC).

Une attaque armée au village de Djibanar, dans la région de Sédhiou située au sud du Sénégal, a fait 6 morts dont 2 dans les rangs des militaires sénégalais et 4 du côté des assaillants. Le drame est arrivé au cours d’un échange de tirs entre les soldats de la légion sud et des hommes supposés appartenir au Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC).

Les deux militaires tués dans ces affrontements avec les éléments rebelles, appartiennent au 6e Bataillon d’infanterie sénégalaise. L’accrochage a eu lieu dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 juillet.

Pour le moment, la Direction des relations publiques de l’armée (Dirpa) reste muette sur cette nouvelle attaque qui a fait plusieurs victimes des deux côtés.


LIRE AUSSI: Sénégal: un pont endommagé par un engin explosif en Casamance


Depuis l’assassinat de 13 jeunes bûcherons en janvier dernier, dans la forêt de Boufa Bayott et l’arrestation de plusieurs éléments supposés appartenir au MFDC, on a remarqué un regain de violences dans le sud du Sénégal.

Pour rappel, ces jeunes avaient été froidement assassinés, le 6 janvier dernier, par des individus non identifiés, à 17 kilomètre de Ziguinchor. Aussitôt alertés, les militaires de la légion sud avaient multiplié les patrouilles. Une enquête avait été ouverte et avait conduit à l’arrestation de plusieurs personnes qui sont actuellement détenues dans une prison de Dakar.

Le 24 mai dernier, une autre attaque avait été perpétrée par des individus armés au village de Samick causant la mort d’un enfant de 4 ans et demi et blessant sa maman. L’attaque avait été attribuée à des individus armés qui dévalisaient des boutiques, particulièrement celles tenues pas des commerçants mauritaniens.


Le 16/07/2018 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé