Fermer

Sénégal: la famille de l’étudiant tué menace de saisir la justice internationale

Publié le 17/08/2018 à 16h04 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
Université Gaston Berger: les cours et les calendriers perturbés
© Copyright : DR

#Sénégal : L’enquête sur la mort de l’étudiant Fallou Sène piétine. Maitre Assane Dioma Ndiaye va faire appel aux juridictions internationales pour élucider l’affaire.


Trois mois après l’assassinat par balle de l’étudiant, Mouhamadou Fallou Sène, à l’Université Gaston Berger, l’enquête semble être au point mort. Cette situation met mal à l’aise l’avocat de la famille, maître Assa Dioma Ndiaye, qui prévoit de saisir les juridictions internationales pour élucider cette affaire.

«Il n'y a eu aucune évaluation. La famille ne cesse de se poser des questions, de même que les étudiants. On ne sent pas la justice bouger et c’est toujours cette même justice qui sait être diligentée, qui sait être expéditive par rapport à certains dossiers, mais qui marche au pas de caméléon par rapport à d’autres dossiers», a déclaré maître Assane Dioma Ndiaye.
 


>>>LIRE AUSSI: Sénégal. Meurtre de l’étudiant Fallou Sène: Macky Sall sacrifie deux "agneaux"



La robe noire semble toutefois déterminée à voir cette affaire tirée au clair et que les responsabilités soient situées. «Cette affaire sera élucidée d’une façon ou d’une autre», prévient-t-il. Maître Ndiaye entrevoit la « possibilité de saisir le Doyen des juges dans une plainte avec constitution de partie civile». Mais si rien n’est fait après cela, l’avocat va «saisir d’autres juridictions».

Selon lui, «la justice doit aujourd’hui se sentir mal à l’aise de voir qu’elle ne répond pas aux aspirations et aux attentes du citoyen, ni même de l’Etat de droit lui-même.

Pour Rappel, Mouhamadou Fallou Sène, avait reçu une balle, lors d’une manifestation des étudiants à l’université Gaston Berger de Saint Louis. L’enquête préliminaire avait permis de savoir que la balle qui a ôté la vie à cet étudiant, avait été tirée par un gendarme.


Le 17/08/2018 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé