Fermer

Sénégal: Dakar sous la poussière algérienne pour 72 heures

Mise à jour le 12/03/2019 à 15h48 Publié le 12/03/2019 à 15h47 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
La poussiere à Dakar

La poussiere à Dakar

© Copyright : dr

#Sénégal : Une épaisse couche de poussière en provenance du sud de l’Algérie, et traversant la Mauritanie, va couvrir la capitale sénégalaise et toute la moitié nord du pays. L’ANACIM lance l’alerte à propos d’un danger potentiel pour les personnes particulièrement sensibles.

 
Dakar sera sous la poussière à partir de ce mardi 12 mars, et ce jusqu’au jeudi 14 mars à 12 heures. Dans un bulletin spécial, l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) indique un certain nombre de mesures à prendre pour échapper au danger lié à l’inhalation des particules de poussière. Elle pourrait menacer la santé des jeunes, enfants, asthmatiques et personnes âgées.

Il s'agit du très redouté harmattan qui peut s'étendre sur plusieurs jours, dans la période allant de novembre à mars. C'est un vent sec venu du désert du Sahara, chargé de sable et qui couvre une bonne partie de l'Afrique de l'Ouest, de la Mauritanie au Nigeria, voire le Nord du Cameroun. 

«La couche de poussière dense sera surtout observée sur la moitié Nord du pays et sur les localités Centre-ouest, notamment à Dakar. Sur les localités Centre et Sud, la concentration de la poussière sera moyenne. La visibilité sera par conséquent réduite sur le pays», indique l’ANACIM.


>>>LIRE AUSSI: Sahel. Climat: 3,4 milliards de dollars annoncés pour le "Programme régional prioritaire"

Selon l’agence, «la réduction de la visibilité, étroitement liée à la densité de la poussière, pourrait affecter les secteurs du transport aérien, maritime et routier». La prudence doit ainsi être de mise chez les usagers de la route, les professionnels du transport maritime et aérien.

Cette poussière pourrait également entraîner des risques sanitaires «élevés» pour les personnes particulièrement sensibles comme les plus jeunes, les enfants, les personnes soufrant d’un asthme et aussi les personnes âgées. Et pour ne pas être exposé «aux concentrations élevées de particules», l’ANACIM conseille à ces catégories de personnes «de ne pas trop s’exposer à l’air ambiant, d’éviter les activités sportives intenses à l’extérieur et aussi d’être très vigilants sur la route».

Le 12/03/2019 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé