Fermer

Sénégal. Hausse du prix du ciment: les consommateurs opposent un niet catégorique

Mise à jour le 04/05/2019 à 12h25 Publié le 04/05/2019 à 12h23 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Société
Des maçons à la tache

Des maçons à la tache

© Copyright : dr

#Sénégal : Le président Macky Sall a annoncé la hausse du prix du ciment qui sera l’une des conséquences de l’augmentation de la taxe appliquée aux matériaux de construction. Une hausse inéluctable, selon lui, «pour faciliter l’accès au logement des jeunes». Un argument qui ne convainc pas les consuméristes.

A peine Macky Sall a-t-il annoncé une hausse du prix du ciment, que les responsables des associations consuméristes sont sortis de leur réserve pour balayer d’un revers de main les arguments brandis par le chef de l’Etat sénégalais.

Les raisons avancées par Macky Sall n’ont apparemment pas convaincu Momath Cissé, vice-président de l’Association des consommateurs du Sénégal (Ascosen). «Ça fait 3 ans qu’on parle des logements sociaux au Sénégal. Il y a même des opérateurs qui ont commencé à construire, avec le ciment qui coûtait moins cher. Maintenant, faudrait-il que le prix soit dynamique pour que l’on puisse accéder à ces logements sociaux? Je ne crois pas que c’est une bonne idée», a-t-il réagi.


LIRE AUSSI: Vidéo. Mali: le prix de la tonne de ciment atteint des sommets


A noter que le gouvernement du président Macky Sall prévoit «de construire 100.000 logements» sociaux. Et selon le chef de l’Etat qui, lors de la campagne pour la présidentielle 2019, avait promis de créer 1.000.000 d’emplois durant son second mandat, ce projet «va relancer l’emploi au Sénégal». Il reste maintenant à savoir quel montant sera ajouté au prix de la tonne de ciment qui est actuellement vendu entre 60.000 (94,5 euros) et 62.000 francs Cfa.

Mais l’Ascosen soutient qu’il pourrait exister d’autres alternatives à cette hausse. «L’idée serait que l’Etat accompagne les opérateurs sur le plan de la viabilisation des terrains en y mettant tout ce qui est nécessaire gratuitement. Et que cela soit en rapport avec la Sicap et les Hlm. Mais ne pas financer en amont, par le ciment et par le fer, qui deviennent de plus en plus chers», propose Momath Cissé.


LIRE AUSSI: Sénégal: la hausse de la taxe sur le ciment inquiète les consommateurs


Ces doutes émis par l’Ascosen, quant à l’efficacité de la hausse probable du prix du ciment, sont aussi visibles chez les membres de l’Association des locataires du Sénégal. Ces derniers craignent que cette hausse ait des répercutions sur le coût du loyer. «Il y a à relever une contradiction. Parce qu’en revoyant le coût du loyer à la baisse, cela devrait être accompagné d’une diminution des prix de tous les produits qui entreraient dans la construction. Donc, si on augmente le prix du ciment, cette mesure aura forcément un impact sur le coût du loyer», s’inquiète Elimane Sall, président de l’Association des locataires du Sénégal.

A rappeler que le président Macky Sall avait déclaré, ce 1er mai, lors de la remise des cahiers de doléances des centrales syndicales, qu’«il faudrait s’attendre à une hausse du prix du ciment. Et que le gouvernement était en train de réfléchir à propos d’une taxe supplémentaire sur le ciment. Il pourrait ainsi construire des logements sociaux pour les jeunes qui viennent d’entrer dans la vie professionnelle. Mais Il faut s'attendre à une hausse du prix du ciment. Dans toute l'Afrique, le prix du ciment est le moins élevé au Sénégal. D’ailleurs, de 2011 à 2012, la tonne de ciment était à 80.000 Fcfa, elle est aujourd'hui à 60.000 Fcfa. Donc, il y a des efforts que nous devons faire pour relancer l’habitat», avait soutenu Macky Sall.
Le 04/05/2019 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

à lire aussi